ACCUEIL 22.7.2014 Mis à jour à 19h55

A Guantanamo, il y a des micros dans la salle du tribunal

Procès

Le directeur de la technologie au tribunal militaire de Guantanamo a admis mardi que les conversations même chuchotées entre les accusés du 11-Septembre et leurs avocats pouvaient être entendues.

Mis à jour le 12.02.2013 17 Commentaires
Des microphones très sensibles ont été installés dans la salle du tribunal de Guantanamo.

Des microphones très sensibles ont été installés dans la salle du tribunal de Guantanamo.
Image: AFP

Articles en relation

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Au deuxième jour d'une audience préliminaire retransmise sur la base militaire de Fort Meade (Maryland, est), Maurice Elkins, directeur de la technologie de la salle d'audience, a indiqué que plus d'une vingtaine de micros répartis dans le tribunal ultra-moderne pouvaient, jusqu'à ce qu'ils soient modifiés lundi, saisir même les échanges en aparté des accusés et de leurs avocats.

«Ces microphones très sensibles peuvent saisir la moindre de nos conversations depuis différents endroits (du tribunal), n'est-ce-pas?», a demandé David Nevin, l'avocat du cerveau du 11-Septembre, Khaled Cheikh Mohammed.

Et «vous ne savez pas ce que (le gouvernement) fait avec le son qu'il reçoit», a-t-il ajouté sous le regard médusé de son client, portant une longue barbe rousse et une tenue de camouflage.

Manque de confidentialité

Le témoin était appelé à la barre alors que les avocats s'inquiètent de la confidentialité de leurs conversations avec leurs clients, dans la salle du tribunal mais aussi dans les bureaux ou les cellules où ils se rencontrent.

Les avocats ont demandé que cette question soit examinée en urgence après un coup de théâtre, le 28 janvier, quand le juge a révélé qu'une agence gouvernementale du renseignement (OCA, original classification authority) écoutait les débats de l'extérieur et pouvait les censurer le cas échéant.

A la demande du juge James Pohl, les micros de la salle d'audience ont été modifiés lundi après-midi, afin qu'ils ne puissent pas saisir par inadvertance les conversations confidentielles. Les avocats doivent désormais appuyer sur le micro pour parler, alors qu'ils devaient auparavant presser un bouton pour que le micro soit en position «silencieux».

Trois micros, ceux du juge, du box des témoins et du podium central où viennent s'exprimer les avocats et les procureurs, restent activés en permanence.

Mais David Nevin a fait la démonstration, en chuchotant, que ce qu'il disait pouvait être saisi par un autre micro que celui, éteint, se trouvant devant lui.

Deux circuits audio

Interrogé par l'avocat James Connell, Maurice Elkins a expliqué que deux circuits audio distincts sortaient de la salle d'audience: le premier «filtré» destiné aux journalistes et aux familles des victimes avec un différé de 40 secondes, permettant une censure. Le deuxième «non filtré» et captant tous les chuchotements, parvenant à la personne chargée des retranscriptions (court reporter), aux interprètes mais aussi à l'agence gouvernementale écoutant l'audience.

En présence de trois des cinq accusés, les deux autres ayant boycotté l'audience, les avocats ont tour à tour protesté de ne pas avoir été informés en amont de l'existence de ce second circuit.

Malgré son insistance et en raison des nombreuses objections des procureurs, Me Connell n'a pas réussi à savoir où se trouve l'OCA, qui a ainsi accès à des conversations confidentielles entre avocats ou entre les avocats et leurs clients.

Pour le gouvernement, Clayton Trivett a fait une «analogie» avec les conversations souvent inaudibles dans un restaurant, s'attachant à montrer qu'elles sont incompréhensibles si elles ne sont pas isolées. Or, le témoin a indiqué que le gouvernement n'avait ni la capacité d'isoler les conversations, ni de les enregistrer ni d'en amplifier le son.

«Comment savez vous ce que fait» le gouvernement?, a demandé l'avocat Walter Ruiz, soulignant que le gouvernement pouvait toujours utiliser un simple enregistreur électronique. «Je ne connais pas les capacités de chacun», a admis Maurice Elkins.

Le chef des procureurs, le général Mark Martins, avait affirmé la veille dans un communiqué «qu'aucune entité du gouvernement des Etats-Unis n'écoute, ne surveille ou n'enregistre les communications entre les cinq accusés et leurs conseils à aucun endroit». (afp/Newsnet)

Créé: 12.02.2013, 19h52

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

17 Commentaires

Pierre Gallois

12.02.2013, 23:24 Heures
Signaler un abus 4 Recommandation 0

Avec de pareils schtroumpfs, il ne faut rien laisser passer ! Répondre


Peter Schmid

12.02.2013, 21:26 Heures
Signaler un abus 1 Recommandation 1

si vous croyez encore aux vertus de la démocratie, vous devriez vous poser des questions. Répondre



Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne