Jeudi 29 septembre 2016 | Dernière mise à jour 04:47

Polémique Agressions sexuelles: Uber publie ses chiffres

Après un article pointant le nombre de plaintes de clients contenant le mot "viol", l'entreprise californienne se défend.

Image d'illustration.

Image d'illustration. Image: Keystone

Mots-clés

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Uber a contre-attaqué après qu'un article de presse eut assuré plus tôt que des milliers de ses passagers avaient dénoncé des viols et agressions sexuelles, en publiant des données officielles dont ne ressort qu'un nombre bien moindre d'attaques.

Le service de réservation de voitures avec chauffeur a relevé cinq cas de viols présumés et 170 «dénonciations légitimes d'agressions sexuelles» entre décembre 2012 et août 2015, indique Uber dans une lettre ouverte adressée au site d'information BuzzFeed.

Ces chiffres se fondent sur les rapports élaborés d'après les messages envoyés au service client d'Uber, précise le groupe dans la lettre publiée dimanche sur son blog. Les cinq viols présumés correspondent à 0.0000009% des trajets assurés dans le monde sur la période et les 170 agressions équivalent à un voyage sur 3,3 millions, chiffrent ses responsables.

«Lorsque des faits sérieux se produisent, ils sont souvent dénoncés directement auprès de la police. Ces faits peuvent donc ne pas être reflétés dans les chiffres ci-dessus», précise toutefois Uber.

Détails

La start-up californienne a répondu ainsi à BuzzFeed qui a publié dimanche des captures d'écran montrant le nombre de résultats extraits d'une base de données du service client d'Uber selon des mots-clés. Ainsi, «agression sexuelle» donne 6'160 résultats et «viols» est cité 5'827 fois sur la même période, selon le site qui précise que les images lui ont été transmises par un ancien responsable du service client.

Or, Uber estime que les chiffres mis en avant par BuzzFeed sont «profondément trompeurs».

Les passagers «orthographient souvent mal» le mot «tarif»,- «rate» en anglais -, écrivant «rape» («viol») à la place. La recherche par mots-clés pioche aussi dans les expressions familières du type «vous avez violé mon portefeuille», assure le groupe, ainsi que toute adresse email ou nom et prénom «de passager ou de chauffeur qui commencent par un R et comprennent les lettres A,P,E ensuite, poursuit Uber.

Explications

Ces résultats incluent également des messages de passagers ayant voyagé sur un autre service qu'Uber ou évoquant des «informations de médias sans fondements concernant des agressions sexuelles», selon la lettre.

Présente dans des centaines de villes dans le monde, la start-up californienne a été officiellement bannie de New Delhi après le viol d'une jeune femme dans la capitale indienne fin 2014 par un chauffeur Uber.

«Malheureusement, aucun moyen de transport n'est sûr à 100%», admettent ses responsables. (afp/nxp)

(Créé: 08.03.2016, 03h00)

Sondage

Le canton de Vaud a-t-il raison d'interdire la mendicité sur son territoire?




Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.