ACCUEIL 27.7.2016 Mis à jour à 05h04

Apple et Washington poursuivent leur bras de fer

Justice

Le gouvernement américain et le géant vont poursuivre devant un tribunal californien leur bras de fer concernant le déblocage de l'un iPhone d'un terroriste.

Mis à jour le 21.03.2016 1 Commentaire
Apple et le gouvernement américain devant la justice.

Apple et le gouvernement américain devant la justice.
Image: Reuters

Articles en relation

Mots-clés

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Après des semaines de bataille par médias et injonctions interposés, un juge fédéral va trancher sur la validité de la requête des enquêteurs fédéraux, qui demandent à Apple de débloquer le téléphone d'un des auteurs de l'attentat de San Bernardino, qui a fait 14 morts en Californie début décembre. Une nouvelle joute qui pourrait avoir d'importantes conséquences en matière de cybersécurité et de protection des données personnelles.

«C'est un combat sur l'avenir de la surveillance des hautes technologies et l'infrastructure de confiance qui soutient l'écosystème mondial des logiciels», a écrit Julian Sanchez, expert des lois sur la surveillance au centre de réflexion libertaire Cato Institute, à Washington. Pour lui, il s'agit aussi de savoir «jusqu'à quel point les entreprises technologiques et les développeurs de logiciels peuvent être réquisitionnés pour pirater à la demande des gouvernements».

«Porte dérobée»

L'audience de mardi représente «la façade publique d'un conflit qui va sans doute se poursuivre en secret, ce qui est déjà sans doute en cours», a-t-il ajouté.

Le groupe de Cupertino, soutenu par une coalition d'entreprises technologiques dont plusieurs géants de la Silicon Valley comme Google, Facebook et Yahoo!, estime que la police fédérale (FBI) se sert de l'enquête sur le massacre du 2 décembre pour créer une «porte dérobée» utilisable sur tous les iPhones.

Apple considère également que le gouvernement outrepasse ses droits en invoquant le All Writs Act, ou loi sur les mandats, qui date de 1789, pour le forcer à débloquer le téléphone.

En rendant sa décision sur cette affaire, le tribunal doit prendre en compte le «contexte plus large» du débat sur les données personnelles, estime la société.

Le gouvernement répond qu'Apple n'est pas au-dessus des lois et que sa demande d'une assistance technique ne concerne que l'iPhone 5C de Sayed Farook, auteur avec sa femme Tashfeen Malik de la tuerie. Protection des données en jeu

«C'est une demande limitée, ciblée (...) le gouvernement et les habitants ont besoin de savoir ce que contient le téléphone du terroriste, et le gouvernement a besoin de l'aide d'Apple pour le découvrir», ont écrit les avocats du ministère de la Justice au tribunal.

Entreprises technologiques, experts en sécurité et militants des droits civils craignent de créer un précédent qui forcerait les sociétés à céder les données de leurs clients.

«Ce n'est pas du tout une affaire qui concerne ce téléphone en particulier», dit Julian Sanchez à l'AFP.

«L'inquiétude concerne ce qui arrive après, quand il sera établi comme principe juridique que le gouvernement peut non seulement demander aux entreprises de lui transmettre les informations en leur possession - ce qu'elles font déjà depuis longtemps - mais qu'il peut aussi leur demander de créer des logiciels pour, en réalité, casser leurs propres mesures de sécurité», affirme-t-il.

Pencher du côté du gouvernement, poursuit M. Sanchez, reviendrait à lui fournir un «passe-partout» pour tous les appareils.

Autres téléphones détruits

«Nous ne parlons pas simplement de risques pour la vie privée, nous parlons de clés pour des éléments qui servent de fonctions de sécurité essentielles (...) et c'est une chose terriblement dangereuse à enclencher», déclare-t-il.

Le fait que les deux assaillants de San Bernardino ont détruit leurs deux autres téléphones mais laissé l'iPhone professionnel de Farook Sayed intact amène également de nombreux commentateurs à penser que ce téléphone ne comporte aucun élément déterminant pour l'enquête du FBI.

«Les chances pour qu'il y ait des choses utiles sur ce téléphone sont extrêmement minces», abonde Julian Sanchez.

L'audience de mardi devrait durer près de trois heures, lors desquelles chaque partie présentera ses arguments, mais aucune décision n'est attendue le jour même.

L'affaire pourrait même s'enliser sur plusieurs mois, en cas d'appels de chaque décision. Et ainsi finir à la Cour suprême, qui tranche les grandes questions de société aux Etats-Unis.

(afp/nxp)

Créé: 21.03.2016, 07h43

1

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Publicité

1 Commentaire

Daniel Friche

21.03.2016, 09:38 Heures

Toutes ces histoires de surveillance, de protection, d'obligation à la limite de l'esclavage intellectuelle donne envie de ne plus se connecter et de retourner aux bouts de papier et aux vrais contacts humains ! A voir quand se sera une obligation de remplir un formulaire en ligne sans autres possibilités ! Répondre



Sondage

Trouvez-vous le concours de Miss Suisse désuet?



Sondage

La population suisse s'arme toujours plus. Vous sentez-vous en sécurité?




Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne