ACCUEIL 26.5.2016 Mis à jour à 20h02

Assad déterminé à reconquérir toute la Syrie

Syrie

Le président syrien affirme vouloir négocier avec l'opposition dans une interview exclusive à l'AFP.

Mis à jour le 12.02.2016 24 Commentaires

1/116 Le chef de l'Etat syrien, Bachar al-Assad, s'exprime pour la première fois sur l'accord de cessez-le-feu, qu'il estime «difficile». (16 février 2016)
Image: Keystone

   

Articles en relation

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Le président syrien Bachar el-Assad s'est dit déterminé à reprendre le contrôle de toute la Syrie, mais a averti que les combats contre les rebelles qui cherchent depuis près de cinq ans à le renverser pourraient être «longs». Dans une interview exclusive à l'AFP réalisée jeudi dans son bureau à Damas, M. Assad, au pouvoir depuis 2000, a affirmé vouloir mener des négociations avec l'opposition tout en poursuivant la guerre contre la rébellion armée.

La guerre en Syrie a fait plus de 260'000 morts en près de cinq ans et poussé des millions de personnes à l'exil.

Long processus

«Il n'est pas logique de dire qu'il y a une partie de notre territoire à laquelle nous renoncerons», a-t-il dit.

La reconquête de tout le territoire syrien, aujourd'hui divisé entre des portions contrôlées par le régime, des rebelles et des djihadistes , «est un but que nous chercherons à atteindre sans hésitation (...) que nous soyons capables de le faire ou non», a poursuivi le président âgé de 50 ans.

«Depuis le début de la crise, nous croyons totalement aux négociations et à l'action politique. Cependant, négocier ne signifie pas qu'on arrête de combattre le terrorisme. Les deux volets sont indispensables en Syrie (...) Le premier volet est indépendant du second», a souligné M. Assad.

Le régime syrien désigne par «terroriste» tout ses opposants armés qu'ils appartiennent à une tendance modérée ou djihadiste, .

Réfugiés bloqués à la frontière

Il s'agit de la première interview de M. ASsad à un média depuis l'échec le mois dernier des pourparlers de Genève et le lancement par son armée au début du mois d'une vaste offensive militaire dans la région d'Alep (nord) appuyée par les bombardements de l'aviation russe.

Cette offensive a poussé des dizaines de milliers de Syriens à fuir les combats et à tenter de se réfugier en Turquie.

Selon M. Assad, la «bataille principale» d'Alep dans le nord de la Syrie a pour but de «couper la route» entre cette province et la Turquie, et non pas de prendre la deuxième ville du pays, qui est divisée entre secteurs tenus par les rebelles et quartiers contrôlés par le régime.

L'importance de couper cette route tient au fait qu'elle constitue «la voie principale de ravitaillement des terroristes», a-t-il dit, en référence aux rebelles soutenus par la Turquie, l'Arabie saoudite et le Qatar.

Intervention étrangère

M. Assad n'a d'ailleurs pas écarté le risque d'une intervention militaire turque et saoudienne en Syrie mais a affirmé que ses forces y feraient face.

«C'est une possibilité que je ne peux pas exclure pour la simple raison que (le président turc Recep Tayyip) Erdogan est quelqu'un d'intolérant, de radical, un pro-Frères musulmans et qui vit le rêve ottoman (...) Il en est de même pour l'Arabie saoudite. De toute manière, une telle action ne sera pas facile pour eux et nous allons très certainement y faire face», a-t-il indiqué.

Evoquant la crise des migrants, le président syrien a affirmé que l'Europe devait créer les conditions pour aider au retour des réfugiés dans leur pays.

«Je vais appeler les gouvernements européens qui ont contribué directement à l'exode (des réfugiés syriens) en fournissant une couverture aux terroristes et en imposant un embargo à la Syrie à aider au retour des Syriens chez eux», a-t-il dit.

Pas de crimes de guerre

Il a par ailleurs catégoriquement rejeté les accusations de l'ONU rendant son régime responsable de crimes de guerre, affirmant que la plupart des rapports des institutions des Nations unies étaient «politisés» et infondés. Les enquêteurs de l'ONU sur la Syrie ont accusé lundi Damas d'«extermination» de détenus dans les prisons.

«Les institutions onusiennes (...) sont essentiellement dominées par les puissances occidentales et la plupart de leurs rapports sont politisés» et «n'avancent pas de preuves», a-t-il soutenu.

«C'est pourquoi je ne crains ni ces menaces ni ces allégations», a-t-il répondu lorsque les journalistes de l'AFP lui ont demandé s'il ne craignait pas de devoir rendre des comptes un jour devant un tribunal international. (afp/nxp)

Créé: 12.02.2016, 16h11

24

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Publicité

24 Commentaires

Patrick Pégaitaz

12.02.2016, 19:34 Heures

Pas de double jeux ni de langue de bois, de la realpolitik. Peut-on sincèrement penser qu'un cessez le feu soit suivi par l'EI, Al-Nosra, Arhar al-Sham et tous les groupes non concernés par les négociations ? A-t-on seulement entendu de la part des groupes armés représenté par le HCN l'intention de respecter ce cessez le feu, condition préalable aux négociation ? Qui prendrait ce risque ? Répondre


Mario Travelletti

12.02.2016, 19:49 Heures

Maintenant qu'il a détruit avec l'aide des barbares la Syrie il peut envisager d'étendre son pouvoir car les personnes instruites ont quitté le pays. Répondre



Sondage

Les salaires à plus d'un million des grands patrons sont-ils justifiés?




Sondage

Irez-vous voir les films primés au dernier Festival de Cannes?




Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons