ACCUEIL 19.12.2014 Mis à jour à 01h03

Assad exclut une solution imposée de l'étranger

Syrie

Le président syrien, dans une interview à la télévision publique iranienne, a exclu jeudi une solution imposée de l'étranger à la crise syrienne.

Mis à jour le 28.06.2012 7 Commentaires
Bachar al-Assad: «Aucun modèle qui ne serait pas syrien n'est acceptable, car nous sommes les seuls à savoir comment résoudre le problème.»

Bachar al-Assad: «Aucun modèle qui ne serait pas syrien n'est acceptable, car nous sommes les seuls à savoir comment résoudre le problème.»
Image: AFP

Articles en relation

Partager & Commenter

Selon Bachar al-Assad, la Syrie est soumise aux pressions d'une partie de la communauté internationale en raison notamment de son soutien aux Palestiniens.

«Aucun modèle qui ne serait pas syrien n'est acceptable, car nous sommes les seuls à savoir comment résoudre le problème», a-t-il dit dans cette interview d'une heure. Les pressions internationales n'ont eu jusqu'ici aucun effet sur la Syrie et n'en auront pas à l'avenir, a-t-il assuré.

Le président syrien a ajouté que son régime avait lancé un programme de réformes, mais que cela n'avait aucune importance aux yeux des «terroristes» qui le combattent depuis plus de quinze mois et des pays étrangers qui les soutiennent.

Le devoir de mon gouvernement, a-t-il poursuivi, est de «détruire» ces terroristes afin de sauver des milliers de vies. Il a affirmé que des éléments d'Al Qaïda combattaient dans les rangs des insurgés syriens sans que cela gêne les Etats-Unis.

Loyauté envers Téhéran

Bachar al Assad a par ailleurs accusé certains pays de vouloir faire capoter le plan de paix de l'émissaire international Kofi Annan et de chercher à faire porter la responsabilité de cet échec aux autorités de Damas.

Selon lui, une opération militaire comme celle conduite par l'OTAN l'an dernier en Libye n'est pas possible dans son pays. Il s'est félicité du soutien apporté par l'Iran à son gouvernement depuis le début du soulèvement en mars 2011 et a souligné que la Syrie ferait preuve en retour de «loyauté» envers Téhéran. (ats/Newsnet)

Créé: 28.06.2012, 21h43

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

7 Commentaires

Michel Ritzi

29.06.2012, 05:54 Heures
Signaler un abus 2 Recommandation 0

Pour clore, une simple questions Mme Fawkes. En prenant la Libye comme exemple. Si la coalition internationale n'était pas intervenue, combien de civils la famille Kadhafi aurait-elle encore massacrée? Il y a essentiellement deux sortes de conflits armés. Les conflits offensifs qui ne visent que l'oppression et les conflits défensifs, dont le but est d'arrêter l'oppression. Assad DOIT être arrêté! Répondre


Michel Ritzi

28.06.2012, 21:53 Heures
Signaler un abus 1 Recommandation 0

Ce regard terrifiant est le même que celui d'Hitler. C'est celui du BOUCHER DE DAMAS! Pourquoi cette lâcheté de la communauté internationale. Faudra-t-il 6 autres millions de morts 70 ans après le premier holocauste pour qu'enfin les grandes puissances terrassent ce monstre de cruauté, assassin de femmes, d’innocents enfants: Répondre



Sondage

Le rapprochement entre Cuba et les Etats-Unis est-il une bonne chose?




Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons
Super héros, Louis Vuitton, fleuri, à poids... Les meilleurs du web!