Jeudi 29 septembre 2016 | Dernière mise à jour 06:52

Procès Colombie: justice pour une journaliste torturée

Un ex-milicien a été condamné à 11 ans de prison pour avoir enlevé et torturé une journaliste en 2000.

Il a fallu 16 ans pour que Jineth Bediya obtienne justice. Le calvaire de Jineth Bedoya a suscité une forte émotion en Colombie et est devenu emblématique des violences sexuelles commises envers les femmes pendant le conflit armé.(Image d'archive)

Il a fallu 16 ans pour que Jineth Bediya obtienne justice. Le calvaire de Jineth Bedoya a suscité une forte émotion en Colombie et est devenu emblématique des violences sexuelles commises envers les femmes pendant le conflit armé.(Image d'archive) Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Un ex-paramilitaire colombien a été condamné à plus de 11 ans de prison pour avoir enlevé et torturé une célèbre journaliste, une affaire emblématique du conflit qui déchire le pays depuis un demi-siècle, a annoncé jeudi le Parquet.

Ancien membre d'une milice d'extrême droite, Alejandro Cardenas, alias «JJ», a été en outre condamné à verser une amende de quelque 18'500 dollars (18'300 francs).

«Le tribunal a pris cette décision après que le surnommé "JJ" a reconnu le 6 septembre 2011 devant un procureur (...) sa responsabilité dans les crimes d'enlèvement et de torture», a précisé le Parquet dans un communiqué.

Agée de 26 ans lors de son enlèvement en 2000, Jineth Bedoya, une journaliste d'investigation qui travaillait pour le quotidien El Espectador, avait été violée durant sa captivité et abandonnée nue dans une décharge.

Long processus

Alejandro Cardenas nie le viol, mais le Parquet a indiqué qu'il continuerait d'enquêter sur ce point.

La confession de «JJ», qui s'est par la suite rétracté, s'inscrivait dans le cadre d'une loi dite «Justice et paix» prévoyant pour les paramilitaires démobilisés des réductions de peine en échange d'aveux.

Nées dans les années 80 pour combattre les guérillas communistes comme celle des Farc (Forces armées révolutionnaires de Colombie), les milices paramilitaires, tenues pour responsables de nombreux massacres de civils, parfois en collusion avec l'armée, ont été officiellement démobilisées entre 2003 et 2006.

Emblématique

Le calvaire de Jineth Bedoya a suscité une forte émotion en Colombie et est devenu emblématique des violences sexuelles commises envers les femmes pendant le conflit armé.

Le Centre de la mémoire historique de Colombie a recensé 1754 cas de violences sexuelles entre 1985 et 2010, dont 344 imputés aux groupes paramilitaires.

Le gouvernement du président Juan Manuel Santos et les Farc, première guérilla du pays, négocient depuis novembre 2012 et se sont engagés à signer un accord de paix d'ici le 23 mars pour en finir avec un conflit armé qui a fait, selon les derniers chiffres officiels, plus de 260'000 morts et 45'000 disparus. (afp/nxp)

(Créé: 26.02.2016, 05h54)

Sondage

Faut-il continuer à explorer l'univers?




Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.