ACCUEIL 18.9.2014 Mis à jour à 00h04

Couvre-feu décrété à Tunis

Tunisie

Un couvre-feu nocturne entre 21h et 5h du matin a été décrété mardi dans huit régions de la Tunisie, dont la capitale Tunis. Cette mesure fait suite aux violences impliquant depuis lundi des salafistes et des casseurs.

Mis à jour le 12.06.2012 9 Commentaires
Depuis lundi, de nouveaux heurts ont éclaté dans plusieurs endroits de la Tunisie.

Depuis lundi, de nouveaux heurts ont éclaté dans plusieurs endroits de la Tunisie.
Image: Keystone

Articles en relation

Partager & Commenter

Le couvre-feu est décrété pour le «Grand Tunis», qui comporte quatre gouvernorats, et les gouvernorats de Sousse (est), Monastir (est), Jendouba (nord-ouest), et Medenine (sud), selon un communiqué des ministères tunisiens de la Défense et de l'Intérieur.

Plusieurs localités, outre la capitale Tunis, ont été le théâtre depuis 48 heures d'attaques de postes de police, de sièges syndicaux et de partis politiques, et d'un tribunal par des groupes mêlant membres de la mouvance salafiste et casseurs.

Les troubles ont jusqu'ici fait une centaine de blessés dont 65 policiers dans la nuit de lundi et mardi à Tunis et en banlieue. Plus de 160 personnes ont été arrêtées après ces violences, selon le ministère tunisien de l'Intérieur.

La plupart des blessés ont été touchés par des jets de pierre, mais certains ont reçu des plombs de fusil de chasse, a précisé cette source, ajoutant que la majorité étaient des blessés légers.

Ces personnes étaient encore hospitalisés mardi après-midi dans les services d'urgence de trois établissements de Tunis, mais «sont susceptibles de rentrer chez elles à tout moment», selon cette source.

Au chat et à la souris

Au total 165 personnes ont été arrêtées après ces incidents nocturnes, a ajouté Khaled Tarrouche. Selon lui, des affrontements se poursuivaient mardi soir dans la cité populaire Intilaka à l'ouest de Tunis, où des «groupes organisés jouent au chat et à la souris avec les forces de l'ordre».

Auparavant, le responsable du bureau de presse du ministère de tunisien l'Intérieur, Lotfi Hidouri, avait indiqué: «Nous avons arrêté 90 personnes dans les milieux salafistes et criminels». La majorité des personnes interpellées sont des délinquants ayant des antécédents judiciaires, avait alors précisé le porte-parole du ministère Khaled Tarrouche sur la radio Shems FM.

«Actes terroristes»

Le ministère tunisien de la Justice a estimé pour sa part que ces violences constituaient des «actes terroristes» et que les personnes arrêtées seraient jugées en vertu des lois anti-terroristes établies sous le régime Ben Ali.

Le représentant du ministère Mohamed Fadhel Saihi a aussi annoncé la mobilisation des gardiens de prison pour «protéger les tribunaux à travers le pays. «Ils ont reçu des ordres pour utiliser tous les moyens y compris les tirs à balle réelle pour déjouer toute éventuelle attaque», a-t-il déclaré.

Des oeuvres d'art détruites

Des locaux du tribunal de la cité populaire d'Essijoumi (ouest de Tunis) ont été incendiés et pillés, des postes de police à La Marsa (banlieue chic du nord) attaqués, a-t-il dit, précisant également que les assaillants ont été repoussés à coup de gaz lacrymogènes.

A Essijoumi, un photographe a constaté que le bureau du procureur au sein du tribunal avait été totalement incendié, ainsi qu'un camion de la Protection civile brûlé au milieu de la rue.

Les violences ont également touché les cités populaires d'Ettadhamen et Intilaka dans l'ouest de la capitale, et la tension restait vive dans ces quartiers.

A La Marsa, les assaillants ont tenté de pénétrer dans le palais Abdellia, où une exposition dans le cadre du «Printemps des arts» avait provoqué dimanche la fureur d'islamistes. Plusieurs oeuvres jugées offensantes pour l'islam avaient été détruites dans la nuit de dimanche à lundi par des groupes introduits dans le palais.

Le ministre tunisien de la Culture Mehdi Mabrouk a pour sa part annoncé mardi qu'il allait porter plainte contre les organisateurs de l'exposition «Printemps des Arts».

«Une plainte pour atteinte aux valeurs du sacré sera déposée contre l'association qui a organisé l'exposition», a déclaré Mehdi Mabrouk. Il a ajouté que le palais Abdellia à La Marsa, dans la banlieue de Tunis, serait fermé jusqu'à la désignation d'une administration.

Mesure sécuritaire

Par ailleurs, les locaux régionaux de la puissante centrale syndicale UGTT et de trois partis de l'opposition politique ont été attaqués ou incendiés à Jendouba, dans le nord-ouest de la Tunisie, a rapporté l'agence.

Les assaillants ont également mis le feu mardi matin à un camion transportant des boissons alcoolisées et barré la route devant la direction régionale de la protection civile de Jendouba, selon l'agence.

Plusieurs personnes ont été arrêtées et auraient affirmé «avoir été payées par des salafistes pour commettre ces actes de destruction», selon des sources sécuritaires. Des renforts policiers et des unités de l'armée ont été déployés à Jendouba. (ats/afp/Newsnet)

Créé: 12.06.2012, 21h04

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

9 Commentaires

shah 222

13.06.2012, 07:03 Heures
Signaler un abus 5 Recommandation 0

L'Europe a la mémoire courte et continue d'ouvrir des boîtes de Pandore. Ces pays ont besoin d'un pouvoir fort, mais les bisounours ne connaissant rien à la problématique de ces régions laissent tomber des dirigeants, certes corrompus, mais offrant quand même une certaine stablilité. Oublié le renversement du shah en 79, avec le soutien de nos grands naïfs de gauche ? Répondre


Pat Somfer

13.06.2012, 08:29 Heures
Signaler un abus 3 Recommandation 0

Tout ce cirque pour de malheureuse oeuvre d'art ? Ah ces muzz, il faut vraiment peu pour les contrarier. Ils ont peur de quoi en fait ? Répondre



Sondage

L'arrivée de Netflix va-t-elle changer votre façon de regarder la TV?







Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne