Mardi 27 septembre 2016 | Dernière mise à jour 17:12

Attentats en Syrie Damas s'en prend au Qatar et à l'Arabie saoudite

Au lendemain de deux attentats à Damas, une troisième attaque a fait dimanche au moins deux morts à Alep dans le nord de la Syrie. Damas accuse les dirigeants qatari et saoudien.

Le quartier de Souleimanyieh à Alep où a eu lieu l'attentat à la voiture piégée dimanche.

Le quartier de Souleimanyieh à Alep où a eu lieu l'attentat à la voiture piégée dimanche. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le troisième attentat est survenu à la veille de l'envoi d'experts mandatés par Kofi Annan pour négocier la mise en place d'une mission d'observation destinée à mettre fin à un an d'effusion de sang.

Cette attaque, la deuxième du genre dans cette ville récemment gagnée par la contestation, intervient au lendemain de deux attentats à Damas qui ont fait 27 morts et 140 blessés, selon les autorités.

«L'attentat à la voiture piégée a eu lieu dans le quartier de Souleimanyieh à Alep, près du siège de la sécurité politique, tuant trois civils et blessant plus de 25 personnes», a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

La télévision d'Etat a fait état pour sa part de deux morts et d'«une trentaine de blessés» dans cette explosion «terroriste». Comme lors des attentats précédents, opposants et régime se sont accusé mutuellement d'être derrière cette attaque.

Terroriser les grandes régions

«Le régime syrien cherche à terroriser les grandes régions, particulièrement Damas et Alep, où d'importantes manifestations ont eu lieu ces dernières semaines», a affirmé Samir Nachar, membre du bureau exécutif du Conseil national syrien (CNS, opposition).

Selon lui, ces attaques visent également à «faire peur aux minorités», deux de ces attentats, à Damas et à Alep ayant eu lieu dans des quartiers où vit une importante communauté chrétienne.

«Le régime veut aussi envoyer le message à l'étranger qu'Al-Qaïda est entrée en Syrie», mais, ajoute-t-il, Al-Qaïda n'a pas revendiqué ces attaques, comme elle le fait habituellement.

Damas accuse le Qatar et l'Arabie saoudite

A Damas, des dizaines de Syriens se sont rassemblés en mémoire des victimes de la veille. Ils ont accusé les dirigeants qatari et saoudien, favorables à l'armement des rebelles, d'être responsables du «sang qui coule» dans le pays. La presse officielle syrienne a lancé de son côté une attaque en règle contre ces deux pays.

Samedi, un diplomate arabe avait affirmé que Ryad acheminait, via la Jordanie, du matériel militaire pour équiper les déserteurs de l'Armée syrienne libre (ASL), une information «catégoriquement démentie» par la Jordanie.

Mission d'observation

Parallèlement, une mission d'évaluation de l'aide humanitaire en Syrie, formée par l'Organisation de coopération islamique (OCI) et l'ONU, est arrivée vendredi dans le pays, a affirmé le secrétaire général adjoint de l'OCI pour les affaires humanitaires, Atta al- Mannan Bakhit. C'est la première fois que l'ONU est autorisée par Damas à faire une telle évaluation depuis le début de la crise en Syrie il y a un an.

La mission «couvre 15 villes», notamment les plus touchées par les violences qui ont fait plus de 9000 morts depuis mars 2011, selon l'OSDH. Au terme de cette mission, dont la durée n'a pas été précisée, un rapport sera soumis à l'OCI et à l'ONU sur les besoins de la population en aide humanitaire.

Kellenberger à Moscou

Le président du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) Jakob Kellenberger doit de son côté évoquer lundi en Russie la «situation humanitaire (qui) s'aggrave en Syrie». Moscou est une alliée de Damas.

Sur le terrain, les exactions commises par le régime se sont poursuivies, tout comme les combats entre soldats et déserteurs, selon l'OSDH qui a fait état d'au moins 15 morts - huit civils, six soldats et un rebelle.

Les villes d'Atareb et de Aazaz étaient bombardées depuis l'aube, selon Mohammad al-Halabi, militant à Alep, joint via Skype. Aazaz «représente un enjeu stratégique car, à cause de sa proximité avec la frontière turque, de nombreux civils blessés ainsi que des déserteurs y transitent», a-t-il souligné.

Dans la capitale, l'opposant Mohammad Sayed Rassass «a été battu et arrêté en compagnie de plusieurs jeunes», lors d'une manifestation violemment dispersée, d'après l'OSDH. Pour sa part, l'agence officielle Sana a fait état de la mort samedi de deux «terroristes» tués dans l'explosion de leur voiture piégée dans la banlieue sud de Damas.

Manifestations à l'étranger

A Istanbul et à Madrid, des centaines de personnes ont manifesté contre les «massacres» commis par Damas. Quelque 200 personnes ont également marché dans les rues de Genève samedi en soutien au peuple syrien.

(ats/afp/Reuters/nxp)

(Créé: 18.03.2012, 22h25)

Sondage

La retraite à 67 ans est-elle envisageable?





Sondage

Que pensez-vous des places de cinéma numérotées comme au théâtre?





Sondage

Pensez-vous qu'Hillary Clinton soit encore en mesure de battre Donald Trump?




Sondage

Vous sentez-vous floué par les mesures eurocompatibles du Conseil national sur l'immigration?




Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.