Dimanche 11 décembre 2016 | Dernière mise à jour 23:34

Primaires républicaines Débat à couteaux tirés entre les candidats

Donald Trump, surchauffé, a vivement attaqué Jeb Bush et Ted Cruz.

Ted Cruz et Donald Trump lors du débat télévisé du 13 février en Caroline du Sud.

Ted Cruz et Donald Trump lors du débat télévisé du 13 février en Caroline du Sud. Image: Reuters

Galerie photo

Les 15 candidats et ex-candidats républicains à la Maison Blanche

Les 15 candidats et ex-candidats républicains à la Maison Blanche Les électeurs du parti républicain devront choisir leur candidat en vue des élections présidentielles de 2016.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La campagne des primaires républicaines aux Etats-Unis a viré au pugilat lors d'un débat télévisé samedi soir, le favori actuel Donald Trump attaquant violemment ses rivaux.

Jeb Bush, ex-gouverneur de Floride, et Ted Cruz, sénateur du Texas, ont en particulier subi les attaques du milliardaire qui mène toujours les sondages, à une semaine de la primaire de Caroline du Sud, où se déroulait ce débat organisé par la chaîne CBS. La présidentielle a lieu en novembre.

Donald Trump a interrompu ses adversaires à de nombreuses reprises, visiblement échauffé, levant la voix, gesticulant, et hué par les partisans de ses victimes dans la salle.

«Type méchant»

«Vous êtes le pire des menteurs», a-t-il accusé Ted Cruz, qu'il avait traité plus tôt de «type méchant». «Vous êtes probablement pire que Jeb Bush», a dit Donald Trump, que le sénateur du Texas avait accusé d'être un faux conservateur. «Donald, les adultes apprennent à ne pas s'interrompre», a lâché Ted Cruz.

Le match Jeb Bush-Donald Trump a également marqué toute la soirée, notamment sur la politique étrangère. L'homme d'affaires a commencé par dire que les Etats-Unis ne pouvaient mener deux guerres en même temps en Syrie, à la fois contre Bachar el-Assad et l'organisation Etat islamique, des "animaux" qui doivent être selon lui la priorité militaire américaine.

«Jeb a tort», a ajouté Donald Trump, alors que l'ex-gouverneur de Floride insiste pour le départ du président syrien. «C'est en l'écoutant, lui et d'autres, qu'on s'est retrouvés au Moyen Orient depuis 15 ans sans avoir rien gagné».

George W. Bush en soutien de Jeb

«Cela vient d'un homme dont la politique étrangère est inspirée d'émissions de télévision», a répondu Jeb Bush, frère cadet de George W. Bush.

L'ex-président Bush doit pour la première fois participer à un meeting lundi, en Caroline du Sud, avec son frère, son premier de la campagne.

Donald Trump a ressorti le dossier brûlant de la guerre d'Irak, affirmant: «ils ont menti, il n'y avait pas d'armes de destruction massive». «J'en ai ras le bol qu'il attaque ma famille», a répliqué Jeb Bush. «Pendant que Donald Trump faisait des émissions de téléréalité, mon frère construisait un appareil sécuritaire pour nous protéger».

«Le World Trade Center s'est effondré sous le règne de votre frère. Souvenez-vous en», a lâché l'homme d'affaires. «Ce n'est pas ce que j'appellerais nous protéger».

D'autres accrocs

Tentant de trancher le différend, le sénateur de Floride Marco Rubio est intervenu en mêlant les démocrates au débat.

«Je remercie Dieu que George W. Bush ait été à la Maison Blanche le 11 septembre, et pas Al Gore», a dit Marco Rubio en parlant du candidat démocrate malheureux à la présidentielle de 2000. «Le World Trade Center a été détruit parce que Bill Clinton n'a pas tué Oussama ben Laden quand il en a eu l'occasion».

Les sénateurs Ted Cruz et Marco Rubio se sont accusés mutuellement d'avoir retourné leur veste sur l'immigration clandestine. Jamais les mots n'avaient été aussi durs entre les deux collègues du Sénat que ce soir.

Lobbyistes

Et Donald Trump a aussi attaqué Jeb Bush sur ses liens avec des lobbyistes et sur l'immigration, un dossier où il estime qu'il est «le plus faible» du lot.

Le gouverneur de l'Ohio, John Kasich, a tenté d'être la voix de la raison et déploré le ton du débat. «Je pense que nous donnerons l'élection à Hillary Clinton si on n'arrête pas tout ça», a-t-il dit.

Les candidats sillonnent actuellement la Caroline du Sud, un Etat conservateur de l'est des Etats-Unis, qui compte une forte population militaire et beaucoup d'électeurs chrétiens évangéliques. A ce jour, Donald Trump, qui a remporté la primaire du New Hampshire le 9 février, y recueille 35% des intentions de voix, selon la moyenne calculée par le site RealClearPolitics, suivi de Ted Cruz (17%), Marco Rubio (14%) et Jeb Bush (11%). (afp/nxp)

(Créé: 14.02.2016, 05h50)

Sondage

La fin de la franchise à 300 francs peut-elle responsabiliser les assurés aux coûts de la santé?




Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER
Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.