ACCUEIL 24.7.2016 Mis à jour à 04h35

Début des pourparlers jeudi, l'opposition réticente

Syrie

Les négociations reprennent à Genève cette semaine, dans un contexte tendu.

Mis à jour le 07.03.2016 1 Commentaire

1/150 Les présidents russe Vladimir Poutine et américain Barack Obama se sont déclarés prêts, lors d'une conversation téléphonique, «à intensifier la coordination» militaire entre les deux pays en Syrie, a annoncé le Kremlin. (Mercredi 6 juillet 2016)
Image: Keystone

   

Articles en relation

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Les négociations sur un règlement politique de la guerre en Syrie devraient reprendre jeudi, Washington et Moscou espérant qu'il n'y aura pas de «retards» alors que l'opposition reste réticente à participer à ces discussions.

Sur le terrain, les zones incluses dans l'accord de trêve ont connu dimanche une journée exceptionnellement calme, malgré des tirs sanglants de djihadistes et rebelles sur un quartier kurde de la ville d'Alep (nord).

Les pourparlers, qui doivent se tenir à Genève sous l'égide de l'ONU, seront les premiers depuis l'entrée en vigueur le 27 février d'une trêve inédite entre le régime syrien et les rebelles, qui tient globalement jusqu'à présent malgré des accusations mutuelles de violations.

Cessez-le-feu

Lors d'un entretien téléphonique dimanche, le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov et son homologue américain John Kerry ont d'ailleurs «exprimé leur appréciation commune positive concernant les avancées réelles constatées concernant le cessez-le-feu sur le territoire syrien, dans l'ensemble respecté et qui a déjà conduit à une forte diminution de la violence», selon un communiqué du ministère russe des Affaires étrangères.

Ils ont par ailleurs «souligné la nécessité de ne pas permettre de retard dans le début du processus de négociations intersyriennes».

Dans les zones incluses dans l'accord de trêve conclu entre Russes et Américains, «dimanche a été la journée la plus calme depuis l'entrée en vigueur du cessez-le-feu», a indiqué à l'AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), une ONG qui dispose d'un large réseau de sources à travers la Syrie.

Au moins 9 morts

Les fronts ont été calmes dans la plupart de ces régions, à l'exception de roquettes tirées par le Front Al-Nosra, branche locale d'Al-Qaïda exclue de l'accord, et des rebelles sur les forces kurdes dans un quartier au nord d'Alep. Ces tirs ont fait au moins neuf morts, selon l'OSDH.

Les bombardements ont continué aussi sur les territoires tenus par les extrémistes du groupe Etat islamique, également exclu de l'accord, et du Front Al-Nosra.

Le ministère russe de la Défense a pour sa part relevé dimanche 15 violations du cessez-le-feu en 24 heures, contre neuf samedi et 27 vendredi.

Opposition affaiblie sur le terrain

D'après Abdel Rahmane, le nombre moyen de morts par jour parmi les civils «a baissé de 90%» pendant la trêve comparé à la période antérieure à celle-ci. La baisse est de 80% pour les tués parmi les soldats et rebelles.

Mais à quelques jours des pourparlers, qui devraient débuter jeudi selon l'émissaire de l'ONU pour la Syrie Staffan de Mistura, l'opposition, affaiblie sur le terrain, reste réticente à l'idée d'y participer.

«Le HCN (Haut comité des négociations, qui regroupe responsables politiques et représentants de groupes armés de l'opposition) n'a pas pris de décision jusqu'à présent», avait affirmé samedi à l'AFP son porte-parole Monzer Makhos, demandant davantage de progrès sur la question humanitaire et sur le respect du cessez-le-feu.

Le sort de Bachar el-Assad

Depuis les premières négociations qui avaient échoué en 2014, la principale pierre d'achoppement reste le sort du président Bachar el-Assad, qui refuse de partir malgré la révolte de 2011 qui a dégénéré en guerre brutale, faisant plus de 270'000 morts et des millions de réfugiés et de déplacés.

Staffan de Mistura a rappelé que «l'ordre du jour du processus est clair: premièrement des négociations en vue d'un nouveau gouvernement, deuxièmement une nouvelle Constitution, et troisièmement des élections parlementaires et présidentielle dans un délai de 18 mois».

Il y a quelques jours, il avait estimé que c'était aux Syriens eux-mêmes de décider du sort du chef de l'Etat, au pouvoir depuis 2000.

Frappes russes

Samedi, l'Arabie saoudite, un des principaux soutiens de la rébellion, a estimé que Bachar el-Assad, dont le clan dirige la Syrie depuis plus d'un demi-siècle, devait partir dès la mise en place d'une autorité de transition.

En février, des négociations à Genève avaient tourné court en raison de l'intensification des bombardements de la Russie, alliée du régime. Ces frappes ont infligé de sérieux revers aux rebelles, affaiblissant du même coup l'opposition aux négociations.

Selon Staffan de Mistura, l'ONU a récemment fait parvenir de l'aide à «115'000 personnes» assiégées, mais 300'000 autres personnes ont besoin d'aide et 4,6 millions se trouvent dans des zones difficiles d'accès.

rh-ram-gmo/gkg/mba

(afp/nxp)

Créé: 07.03.2016, 04h43

1

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Publicité

1 Commentaire

Patrick Pégaitaz

07.03.2016, 15:03 Heures

Le sort d'Assad ! Entre le soutien à la rébellion, argent, logistique et armement. Avec ses erreurs et débordements, alliances et crédit aux terrorisme. Ayant pour objectif le démantèlement du gouvernement d'un état souverain. Alors, illégalité pour illégalité la prochaine fois faite, au plus court et ne prenez pas les peuples en otage. Assumez et gardez vos prétextes mais foutez leur la paix. Répondre



Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne