Dimanche 11 décembre 2016 | Dernière mise à jour 10:34

Allemagne Des images montrent des réfugiés rudoyés par la police

Tollé après la diffusion de vidéos montrant en Saxe des policiers évacuant brutalement un bus de demandeurs d'asile qui refusent de gagner leur foyer, effrayés par des manifestants anti-réfugiés.


Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Des protestations se sont élevées samedi en Allemagne après la diffusion de vidéos montrant des policiers évacuant en Saxe un bus de demandeurs d'asile qui refusaient de gagner leur foyer, effrayés par des manifestants anti-réfugiés.

Ces deux vidéos, diffusées ensuite sur internet, ont été tournées jeudi soir à Clausnitz, bourgade située à une cinquantaine de km au sud de Dresde. On y voit un policer saisir un adolescent par le cou pour le sortir sans ménagement du bus -- sur lequel figure l'inscription «Reisegenuss» («Plaisir de voyager») --, sous les cris d'une centaine de manifestants hurlant «rentrez à la maison!».

Les manifestants, qui avaient auparavant tenté de bloquer le bus, scandent aussi «Wir sind das Volk!» («Nous sommes le peuple!»), slogan des manifestations contre la dictature communiste dans l'ex-RDA, désormais détourné par le mouvement anti-réfugiés Pegida, né à Dresde.

Un autre adolescent, en pleurs, sort de lui-même du véhicule, tandis que deux femmes, assises sur les sièges avant, se tiennent dans les bras.

Selon l'agence DPA, la police aurait aussi usé de contrainte avec deux autres réfugiés.

«Quiconque porte un uniforme de notre pays représente et protège notre constitution», a déclaré samedi Cem Özdemir, la patronne des Verts, demandant la suspension du «responsable de cette intervention».

«J'ai regardé les vidéos. Elles parlent d'elles-mêmes», a reconnu le ministre de l'Intérieur du Land (Etat régional) de Saxe, le conservateur Markus Ulbig, qui a jugé «profondément honteuse» l'attitude des manifestants et annoncé que son ministère allait examiner de près l'intervention des forces de l'ordre.

Samedi, le patron de la police locale, Uwe Reissmann, l'a toutefois défendue, jugeant que le recours à la contrainte était nécessaire et arguant que certains demandeurs d'asile avaient eu des gestes menaçants.

Selon la chaîne publique ZDF et un élu local de la gauche radicale, Rico Gebhardt, le directeur du foyer de réfugiés de Clausnitz serait par ailleurs membre du parti populiste AfD, qui surfe sur la crise des réfugiés et grimpe dans les sondages.

Une manifestation de soutien aux demandeurs d'asile est prévue samedi soir devant le foyer, ont annoncé les organisateurs. (afp/nxp)

(Créé: 20.02.2016, 19h39)

Sondage

L'école doit-elle privilégier la langue maternelle des élèves à une des autres langues nationales?




Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne