Dimanche 25 juin 2017 | Dernière mise à jour 22:53

Grande-Bretagne «Des voix me demandaient de tuer Trump»

Le Britannique qui avait voulu occire le futur président américain en 2016 a expliqué les raisons de son geste dans la presse.

Michael Sandford.

Michael Sandford. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Un Britannique qui avait tenté de dérober l'arme d'un agent de sécurité pour tirer sur Donald Trump lors d'un meeting de campagne en 2016 a expliqué qu'il avait agi après avoir entendu «des voix».

Le 18 juin 2016, Michael Sandford avait assisté à une réunion publique de Donald Trump à Las Vegas. A quelques mètres du candidat, il avait essayé de subtiliser le pistolet d'un officier, sans y parvenir, avant d'être maîtrisé et arrêté. Le jeune homme de 21 ans, qui souffre de troubles du comportement, avait ensuite été condamné à une peine de d'emprisonnement d'un an et un jour, pour possession illégale d'arme et entrave à l'action d'agents gouvernementaux.

Il est finalement sorti de prison la semaine dernière, son comportement en détention lui ayant permis de bénéficier d'une libération anticipée. Il est rentré jeudi au Royaume-Uni d'après le tabloïd britannique «The Sun», à qui il a accordé une interview publiée mardi.

«Heureux que personne n'ait été blessé»

«J'entendais des voix qui me demandaient de tuer Donald Trump» explique-t-il. «Cela a duré un moment, c'était de plus en plus fort et de plus en plus fréquent. A un moment donné, c'était devenu des cris», a-t-il précisé au quotidien.

«Mes amis disaient qu'il fallait arrêter Trump, qu'il allait détruire le pays», ajoute-t-il. «Quand j'ai vu qu'il devait s'exprimer à Las Vegas, j'ai décidé de m'y rendre et de faire quelque chose par moi-même». Michael Standford s'est entraîné au tir la veille du meeting, où il s'est présenté plusieurs heures en avance afin d'être bien placé.

«Au fond de moi, je savais que quelque chose n'allait pas, mais j'essayais de me persuader que tout était normal», a-t-il indiqué. Il se dit aujourd'hui «dégoûté» par ce qu'il a fait, mais «heureux que personne n'ait été blessé». Sa mère Lynn, qui n'avait pas réussi à empêcher son fils de se rendre aux États-Unis pour rejoindre sa petite-amie, plaide aujourd'hui pour de nouvelles lois en soutien aux parents d'enfants atteints de troubles mentaux, afin de pouvoir les protéger même après leur majorité. (afp/nxp)

Créé: 09.05.2017, 11h49


Sondage

Devoir adopter des chatons par paire comme le veulent les refuges, est-ce raisonnable?




Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne