Dimanche 4 décembre 2016 | Dernière mise à jour 15:08

Nigeria Deux femmes kamikazes tuent au moins 22 fidèles

Un attentat suicide s'est déroulé dans une mosquée, dans le nord-est du pays.

Nouvel attentat suicide dans une mosquée au Nigeria.

Nouvel attentat suicide dans une mosquée au Nigeria. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Deux femmes déguisées en hommes se sont fait exploser mercredi lors de la prière du matin dans une mosquée de Maiduguri (nord-est du Nigeria), ont annoncé des responsables des secours à l'AFP.

Ils ont tué au moins 22 personnes et en ont blessé au moins 35 autres.

Le porte-parole de l'Agence de gestion des urgences de l'Etat de Borno, Abdullahi Omar, a confirmé l'attaque à l'AFP: «Il y a eu une explosion dans la mosquée de Molai, à la périphérie de la ville». Ce lieu de culte, régulièrement la cible des islamistes de Boko Haram, avait déjà été le théâtre d'un attentat le 15 octobre dernier: il avait fait 30 morts et 32 blessés.

Attaque coordonnée

Une autre source parmi les secouristes a toutefois donné des détails sur les circonstances de l'attaque. «Ce matin, deux femmes déguisées en homme sont arrivées à la mosquée juste avant les fidèles: l'une d'elles est entrée et s'est mêlée à la foule et quand les fidèles se sont levés pour les prières, elle a déclenché ses explosifs, tuant plusieurs personnes».

«Alors que les fidèles tentaient de fuir, la deuxième femme qui attendait à l'extérieur de la mosquée s'est précipitée au milieu d'eux et a actionné ses explosifs», a poursuivi la même source, selon laquelle «les secours travaillent encore et pour le moment le bilan est de 22 morts et 35 blessés». Cet attentat porte la marque des islamistes de Boko Haram, qui visent régulièrement des cibles civiles comme les mosquées, les marchés, les arrêts de bus.

Calme relatif

La ville Maiduguri, où le mouvement islamiste était apparu en 2002 avant de déclencher en 2009 une insurrection qui a fait depuis 17'000 morts, était relativement calme ces derniers mois en raison de mesures sécuritaires et d'une contre-offensive soutenue des autorités l'an passé.

La dernière attaque à Maiduguri même remonte au 22 novembre: un kamikaze s'était fait sauter parmi une foule de femmes et d'enfants venus chercher refuge, tuant huit personnes.

Le 31 janvier, au moins 85 personnes avaient été tuées dans le village de Dalori, à seulement 12 kilomètres de Maiduguri, et le 10 février, ce sont 58 morts qui étaient à déplorer dans l'attaque d'un camp de déplacés à 90 km de la même ville par deux femmes kamikazes.

«Techniquement» vaincus

Le Nigeria a déclaré que les rebelles, qui ont fait allégeance à l'Etat islamique (EI), avaient été «techniquement» vaincus, malgré des attaques régulières dans l'Etat de Borno et au Cameroun voisin. (afp/nxp)

(Créé: 16.03.2016, 11h34)
S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER
Choisissez vos newsletters

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.