Dimanche 4 décembre 2016 | Dernière mise à jour 00:39

ONU Échec des négociations pour un traité sur le commerce d'armes

Les négociations à l'ONU sur la mise en place du premier traité sur le commerce des armes conventionnelles se sont soldées par un échec à New York.

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon s'est déclaré «déçu» de l'échec des négociations.

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon s'est déclaré «déçu» de l'échec des négociations. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les négociations à l’ONU sur la mise en place du premier traité sur le commerce des armes conventionnelles se sont soldées par un échec vendredi à New York. Elles devraient reprendre ultérieurement, selon le président de la conférence.

«Le texte que j’avais proposé était un projet de traité, certains pays ne l’aimaient pas mais l’immense majorité étaient d’accord», a regretté l’Argentin Roberto Garcia Moritan. «Nous allons continuer de travailler sur cette base». La conférence, ouverte début juillet, devait décider par consensus entre les 193 pays membres.

Interrogé sur la suite des événements, M. Moritan a indiqué qu’une des possibilités était «de demander à l’Assemblée générale (de l’ONU) de prendre une décision», c’est-à-dire de décider s’il doit y avoir de nouvelles négociations et quand. La prochaine session de l’Assemblée générale se tient fin septembre à New York.

Mais les Américains se sont dits favorables à un deuxième round de négociations sur le traité l’an prochain, mais sont opposés «à un vote à l’Assemblée générale de l’ONU sur le texte actuel», a déclaré la porte-parole de la diplomatie américaine dans un communiqué.

Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon s’est déclaré «déçu» de l’échec des négociations. «C’est un recul» après plusieurs années de travaux préparatoires et quatre semaines de négociations, a-t-il déploré. «Mais cela ne signifie pas l’abandon» de ce traité car les Etats membres «ont accepté de poursuivre ce noble objectif».

Davantage de temps

Le traité devrait réglementer le commerce des armes conventionnelles. Un marché estimé à 70 milliards de dollars par an (68 milliards de francs).

Selon ces participants, les Etats-Unis - environ 40% du commerce mondial des armements - et la Russie ont demandé davantage de temps pour se prononcer. Plusieurs autres pays, dont la Chine, l’Inde, l’Indonésie et l’Egypte, ont emboîté le pas à Washington en réclamant un délai.

Un petit groupe d’Etats (Syrie, Iran, Corée du Nord, Cuba entre autres) se sont efforcés depuis le début de bloquer l’émergence d’un traité contraignant. Il faudra 65 ratifications pour que le traité entre en vigueur.

Ebauche critiquée

Inquiet des «progrès très limités» des discussions, Ban Ki-moon avait déjà exhorté jeudi les négociateurs à «faire preuve de souplesse».

Plusieurs associations, dont Amnesty international et Oxfam, avaient critiqué la première ébauche du traité proposée mardi par Roberto Moritan. Elles déploraient «des échappatoires et des ambiguïtés», notamment une liste d’armements restrictive et un manque de précisions sur les munitions.

Souhaits helvétiques

De son côté, la Suisse désirait que certains points de l’ébauche soient renforcés. Le texte devrait inclure le commerce d’armes légères et de petit calibre, comme les pistolets et les fusils d’assaut, avait indiqué mercredi à l’ats Erwin Bollinger, le chef de la délégation helvétique.

Ce dernier s’est dit déçu du résultat de la conférence, toutefois ce n’est pas un insuccès total, a-t-il déclaré vendredi soir aux représentants de la presse. Un aspect positif est que le projet de résolution joint au rapport du président devient un document officiel de l’ONU, signale-t-il.

De nombreux morts

L’échec des négociations ne signifie pas qu’il n’y aura pas de traité sur le commerce des armes conventionnelles, a souligné M. Bollinger. «Nous étions très proches d’accepter un document final», selon le diplomate.

En 2011, la Suisse a exporté du matériel de guerre pour 872,7 millions de francs dans 68 pays, soit 36% de plus que l’année précédente. Ce commerce a constitué 0,42% de l’ensemble des exportations helvétiques l’an dernier.

Les partisans d’un contrôle international des armes rappellent qu’une personne meurt chaque minute dans le monde du fait de la violence armée.

(ats/afp/nxp)

(Créé: 28.07.2012, 08h15)

Sondage

Avec le retrait de François Hollande, la gauche peut-elle conserver la présidence de la France?



S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER
Choisissez vos newsletters

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.