ACCUEIL 28.6.2016 Mis à jour à 18h48

L'Equateur est prêt à accueillir Assange sous condition

Justice internationale

Le pays d'Amérique du Sud accepterait, si le fondateur de Wikileaks n'est pas mis en accusation.

Mis à jour le 16.01.2016 7 Commentaires
Julian Assange, le fondateur de Wikileaks, lors d'une intervention par vidéo en République tchèque le 29 octobre 2015.

Julian Assange, le fondateur de Wikileaks, lors d'une intervention par vidéo en République tchèque le 29 octobre 2015.
Image: AFP

Articles en relation

Articles en relation

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, pourra se rendre en Equateur, qui lui a octroyé l'asile en 2012, s'il n'est pas accusé par la justice suédoise, a déclaré vendredi la diplomatie équatorienne. Les enquêteurs suédois doivent l'interroger dans l'ambassade de Quito à Londres.

«S'il n'est pas sous le coup d'une accusation, il pourra sortir. Nous espérons ne pas avoir de problème avec le Royaume-Uni et en principe, il viendrait en Equateur puisqu'il bénéficie de l'asile dans notre pays», a déclaré le ministre équatorien des affaires étrangères, Ricardo Patiño.

Les autorités britanniques devront toutefois délivrer un sauf-conduit à Julian Assange, accusé de crimes sexuels qu'il nie, afin qu'il puisse quitter l'enceinte de l'ambassade d'Equateur, où il vit reclus depuis 2012.

Accord d'entraide

La justice suédoise a annoncé mercredi avoir demandé à Quito l'autorisation d'interroger l'Australien dans l'enceinte de l'ambassade. «Nous avons dit dès le début que nous y étions disposés, que les portes sont ouvertes, mais en respectant la souveraineté de l'Etat équatorien», a rappelé Ricardo Patiño.

La Suède et l'Équateur ont signé en décembre un accord d'entraide judiciaire général pour faire avancer les enquêtes qui ont des ramifications dans les deux pays, mais surtout permettre l'interrogatoire de l'Australien.

Julian Assange, 44 ans, est accusé par une Suédoise d'un viol commis dans la région de Stockholm en août 2010. Visé par un mandat d'arrêt européen, il refuse de se rendre en Suède de crainte d'être extradé vers les États-Unis, où il pourrait se voir reprocher la publication par WikiLeaks en 2010 de 500'000 documents classés secret défense sur l'Irak et l'Afghanistan et 250'000 communications diplomatiques. (ats/nxp)

Créé: 16.01.2016, 04h23

7

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Publicité

7 Commentaires

Yves bernard

16.01.2016, 17:20 Heures

En bref les suédois veulent poursuivre Assange qui n'a absolument violé personne, mais laissent leurs violeurs ou plutôt les violeurs en liberté et sans condamnations? Répondre


Michel Fehr

16.01.2016, 15:19 Heures

Et voila une fois de plus la Suisse loupe le coche ! Répondre



Sondage

Faire ses courses sans supermarché, cela vous tente?




Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons

Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne