Vendredi 30 septembre 2016 | Dernière mise à jour 01:03

Licence Guerre du rhum à Cuba

Groupe d'origine cubaine exilé aux Bermudes après l'arrivée au pouvoir de Fidel Castro, Bacardi assure être l'unique propriétaire de la marque Havana Club.

Sur fond de réchauffement diplomatique entre Washington et La Havane, les Etats-Unis ont, en janvier, accordé au gouvernement cubain le droit de vendre le Havana Club sur leur territoire quand l'embargo imposé depuis 1962 sera levé.

Sur fond de réchauffement diplomatique entre Washington et La Havane, les Etats-Unis ont, en janvier, accordé au gouvernement cubain le droit de vendre le Havana Club sur leur territoire quand l'embargo imposé depuis 1962 sera levé. Image: ARCHIVES/AFP

Mots-clés

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le groupe Bacardi a annoncé mardi avoir saisi la justice pour contester l'autorisation accordée en janvier par les Etats-Unis à Cuba de vendre le rhum Havana Club sur le territoire américain quand l'embargo économique contre La Havane sera levé.

«Nous sommes vraiment désolés de devoir utiliser le temps et les ressources du système judiciaire américain», a déclaré dans un communiqué le vice-président du groupe Rick Wilson, tout en estimant nécessaire de faire respecter les droits «de ceux qui ont été victimes de confiscations de leurs biens» après la révolution castriste de 1959.

Bacardi assure être l'unique propriétaire de la marque Havana Club qu'il vend sur le territoire américain.

Embargo imposé depuis 1962 levé

Le gouvernement cubain conteste cet argumentaire et commercialise cette même marque hors des Etats-Unis au sein d'une co-entreprise formée avec le français Pernod Ricard.

Sur fond de réchauffement diplomatique entre Washington et La Havane, les Etats-Unis ont, en janvier, accordé au gouvernement cubain le droit de vendre le Havana Club sur leur territoire quand l'embargo imposé depuis 1962 sera levé.

C'est cette décision que le groupe Bacardi a décidé de contester en déposant un recours devant un tribunal de Washington où il affirme être propriétaire de la marque et en avoir été spolié par le régime de Fidel Castro.

En 1976, les autorités castristes avaient en effet réussi à enregistrer la marque aux Etats-Unis avant de la perdre en 2006.

Ce nouvel épisode de cette longue saga intervient alors que Barack Obama se rend le 20 mars à Cuba pour la première visite d'un président américain sur l'île communiste depuis 1928.

En dépit de plusieurs allégements des restrictions commerciales contre La Havane, l'embargo américain sur Cuba reste en place et ne peut être levé que par le Congrès des Etats-Unis.

(afp/nxp)

(Créé: 15.03.2016, 22h03)

Sondage

Faut-il continuer à explorer l'univers?




Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.