Mardi 6 décembre 2016 | Dernière mise à jour 08:43

France Hollande reçoit Aung San Suu Kyi et défend la transition

François Hollande a reçu mardi à Paris la chef de l'opposition birmane, devant qui il a renouvelé son soutien à la transition démocratique en Birmanie, en se disant prêt à accueillir le président birman.

Galerie Photos

Une icône de l'opposition birmane en tournée européenne

Une icône de l'opposition birmane en tournée européenne Aung San Suu Kyi débute sa tournée européenne par la Suisse, ce qui représente une grand victoire pour la diplomatie suisse. Après Genève, l'opposante birmane se rend à Berne, où elle est accueillie par le conseiller fédéral Didier Burkhalter.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La cheffe de file de l'opposition birmane est arrivée en début d'après-midi en train dans la capitale française, dernière étape de sa tournée européenne, venant de Londres.

La «Dame de Rangoun» est arrivée ensuite en fin d'après-midi à l'Elysée, souriante, vêtue de vert pâle, gris et blanc, des fleurs jaunes dans les cheveux.

«Aung San Suu Kyi est reçue avec les formes dues à son histoire, passée et présente», a dit un diplomate français. La France déroule le tapis rouge pour la prix Nobel de la paix, accueillie selon un protocole habituellement réservé aux chefs d'Etat.

Soutien évoqué

Après un entretien, Aung San Suu Kyi et François Hollande ont tenu une conférence de presse commune puis ont eu un dîner avec plusieurs invités, dont des ministres.

Au cours de la conférence de presse, François Hollande a dit que la France soutiendrait «tous les acteurs» de la transition démocratique en Birmanie et ferait «tout ce qui est possible avec (...) l'Union européenne pour que ce processus aille jusqu'à son terme, c'est-à- dire la démocratie pleine et entière».

Le président français a aussi dit qu'il était prêt à accueillir en France le président birman, l'ancien général Thein Sein, «s'il veut venir».

De son côté, l'opposante a dit qu'elle croyait le président birman «sincère» dans sa volonté de démocratiser son pays, tout en affirmant sa volonté de «veiller à ce que ce processus (de démocratisation) ne déraille pas».

Souhait

Dans l'opposition, «nous sommes prêts au compromis» avec le régime militaire, a-t-elle dit.

«La France sera vigilante» en matière de «transparence et de transactions financières», notamment pour les industries pétrolières, gazières et minières, a dit de son côté Framçois Hollande.

Paris justifie notamment la présence du pétrolier Total - présent en Birmanie depuis 1992 et critiqué dans le passé par des ONG reprochant au groupe français d'enrichir la junte - rappelant que Aung San Suu Kyi elle-même avait récemment «relevé que Total était une entreprise 'responsable'».

Suisse ou encore Grande-Bretagne

Aung San Suu Kyi, qui assure «lire quelques mots de Français chaque jour», a reçu comme cadeau de la part du président toute l'oeuvre de Georges Simenon, ainsi qu'une colombe de la paix du sculpteur Etienne, en baccarat et dédicacée par le président. En retour, elle a offert au président français une peinture représentant un paysage birman.

«Pour moi, la France, c'est Victor Hugo, l'esprit révolutionnaire et la soupe à l'oignon», a confié Aung San Suu Kyi. Elle quittera Paris vendredi.

La Prix Nobel de la paix termine en France une tournée triomphale en Europe après la Suisse, où elle a été reçue par le chef de la diplomatie Didier Burkhalter et ovationnée par les Chambres fédérales, la Norvège et le Royaume-Uni. (ats/afp/nxp)

(Créé: 26.06.2012, 16h53)

Sondage

Manuel Valls a-t-il une chance de devenir président?



Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER
Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.