ACCUEIL 24.4.2014 Mis à jour à 21h50

Horrifié par le nouveau massacre, Annan veut plus de pression

Syrie

Horrifié comme toute la communauté internationale par le nouveau massacre survenu en Syrie, Kofi Annan a souhaité jeudi une action plus ferme pour faire respecter son plan de paix.

Mis à jour le 07.06.2012 25 Commentaires
Kofi Annan a exprimé son horreur après la découverte d'un nouveau massacre de civils en Syrie.

Kofi Annan a exprimé son horreur après la découverte d'un nouveau massacre de civils en Syrie.
Image: AFP

Articles en relation

Partager & Commenter

S'adressant à l'Assemblée générale de l'ONU, l'émissaire international Kofi Annan a reconnu que son plan «n'est pas appliqué» et a souhaité une pression accrue sur Damas. «Il faut clairement dire qu'il y aura des conséquences si le plan n'est pas appliqué», a- t-il affirmé. Une action qui est toujours freinée par Moscou et Pékin, alors que les observateurs de l'ONU sur place ont été la cible de tirs.

S'adressant à l'Assemblée générale de l'ONU, l'émissaire international Kofi Annan a reconnu que son plan «n'est pas appliqué» et a souhaité une pression accrue sur Damas. «Il faut clairement dire qu'il y aura des conséquences si le plan n'est pas appliqué», a- t-il affirmé.

Il faut également «baliser plus clairement la voie vers une transition pacifique» en Syrie. Cette transition vers la démocratie, par un dialogue entre pouvoir et opposition, est un des six éléments du plan de paix.

Punir les responsables

A l'instar de l'ensemble de la communauté internationale, Kofi Annan a par ailleurs exprimé son «horreur et (sa) condamnation à la suite du nouveau massacre de dizaines de civils, dont des femmes et des enfants» mercredi à Al-Koubeir, dans la province de Hama.

«Les responsables doivent être punis. Nous ne pouvons pas laisser les massacres devenir la réalité quotidienne en Syrie», a-t-il déclaré. La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a été plus directe à Istanbul, affirmant que le président Assad devait partir.

L'UE a elle réclamé une «enquête totale» sur le massacre, alors que la Suisse, s'exprimant devant l'Assemblée de l'ONU, a notamment rappelé que toute violation du droit international devait être investiguée et ses responsables traduits en justice.

Observateurs cibles de tirs

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, qualifiant de «scandaleux et révoltant» le massacre d'Al-Koubeir, a indiqué qu'on avait tiré «à l'arme légère» sur des observateurs de l'ONU qui tentaient de se rendre sur les lieux. Les observateurs ont finalement renoncé à atteindre la localité jeudi.

Selon l'opposition syrienne, qui a diffusé sur internet des images de corps ensanglantés ou calcinés, une quarantaine de femmes et d'enfants figurent parmi les victimes du massacre.

Interrogé par téléphone, un habitant du village qui a échappé à la tuerie en se cachant dans un bois, a accusé l'armée syrienne et les miliciens «chabiha» d'en être responsables, alors que Damas met en cause l'opposition.

Agir plus efficacement

Estimant que le président Bachar al-Assad avait «perdu toute légitimité», Ban Ki-moon a invité les grandes puissances à «réfléchir aux moyens d'agir de manière plus efficace».

Le secrétaire général de la Ligue arabe, Nabil al-Arabi, s'adressant aussi à l'Assemblée, a préconisé des sanctions économiques et diplomatiques contre la Syrie.

Les représentants américain, allemand, français et britannique ont également brandi, en termes plus ou moins explicites, la menace de sanctions.

Moscou et Pékin inflexibles

Kofi Annan devait s'adresser jeudi après-midi au Conseil de sécurité. Selon des diplomates à l'ONU, il devrait proposer la création d'un nouveau groupe de contact international sur la Syrie qui comprendrait les Occidentaux et des acteurs régionaux comme la Turquie et l'Arabie saoudite, mais aussi la Russie et la Chine.

Ces deux pays ont torpillé toutes les tentatives du Conseil pour sanctionner le gouvernement syrien depuis le début de la crise. La Russie et la Chine ont encore répété jeudi qu'elles s'opposeraient à tout mandat de l'ONU pour une intervention.

Sur le terrain, les violences continuent. Au total au moins 15 personnes, dont neuf civils, ont encore été tuées jeudi, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). L'armée a notamment bombardé violemment Talbissé, localité de la province de Homs (centre). (ats/afp/Newsnet)

Créé: 07.06.2012, 21h50

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

25 Commentaires

Evelin Maketa

07.06.2012, 23:32 Heures
Signaler un abus 4 Recommandation 0

Bonjour a tout le monde pourquoi la communauté internationale parle a tout moment de la situation en SYRIE mais ils ont oublie de tout ce qui se passe en Republique democratique du congo, or il ya des morts à l'est c'est pareil comme en syrie pourquoi toute la communaute internationale est sensibiliser meme l'ONU, MALHUEREUSEMENT ILS ONT OUBLIER LA RDCongo 8 millions des morts jusqu aujourd'huiSVP Répondre


Georges Alexandre

08.06.2012, 09:26 Heures
Signaler un abus 3 Recommandation 0

En souhaitant une pression accrue sur Damas, Kofi Annan exprime enfin ce que nous sommes nombreux à demander depuis longtemps et qui est qualifié de belliciste par des soutiens d'Al-Assad. Celui-ci doit être mis en face de ses responsabilités par la communauté internationale, y-compris la Russie et la Chine qui ont été incapables de freiner leur allié dans sa répression. Répondre