ACCUEIL 21.12.2014 Mis à jour à 10h37

«Il est idiot de parler de jalousie»

Valérie Trierweiler

La compagne du président français François Hollande ne regrette pas son tweet de soutien à l’adversaire de Ségolène Royal aux législatives. Elle s'est expliquée à une journaliste de RTL, alors que la polémique enfle encore.

Par Sandrine Perroud. Mis à jour le 13.06.2012 35 Commentaires

1/4 L'idylle entre Valérie Trierweiler et François Hollande, père des enfants de Ségolène Royal, daterait de 2007.
Image: AFP

   

Articles en relation

Partager & Commenter

Ce tweet, ne peut être un tweet «normal», «il a une vocation», déclare mercredi matin en préambule la journaliste Alba Ventura sur les ondes de RTL. En cause, le message de soutien envoyé mardi par Valérie Trierweiler à l’opposant socialiste de Ségolène Royale aux élections législatives: «Courage à Olivier Falorni qui n'a pas démérité, qui se bat aux côtés des Rochelais depuis tant d'années dans un engagement désintéressé».

Pourquoi ne lui a-t-elle pas envoyé un simple SMS? Tout simplement parce qu’elle ne voit pas les choses comme ça, poursuit Alba Ventura, qui s’est entretenue mardi soir avec la compagne de François Hollande: Valérie Trierweiler ne regrette pas son geste et ne voit rien en lui qui puisse embarrasser le président.

Elle trouve en réalité injuste le déchainement en cours contre la candidature d’Olivier Falorni, qui est «l’un des plus anciens et solides soutiens de François Hollande», mais qui passe pour un traître en s’opposant à Ségolène Royal.

«Tout cela est démesuré»

Pour elle, «parler de jalousie» est d’ailleurs «idiot» dans cette affaire». Prenant l’exemple de Danielle Mitterrand, elle rappelle que l’épouse de François Mitterrand avait bien souvent par le passé pris des positions différentes de celles de son mari. «Tout cela est démesuré», commente-t-elle.

Sauf que les opinions de Danielle Mitterrand ne visaient pas l’ex-compagne de son mari. Et que Twitter n’existait pas encore. Peu importe pour Valérie Trierweiler qui, détachée, considère que tout le monde à le droit de critiquer et d’interpréter son tweet comme bon lui semble.

Même si les socialistes tentent de minimiser l’incident, certains rappellent que Valérie Trierweiler ne peut pas adopter une telle légèreté: «Il faut qu’elle apprenne la réserve qui doit être la sienne en tant que compagne du président de la République», a commenté sur France info François Rebsamen, président du groupe PS au Sénat et maire de Dijon. «C’est une faute», a déploré pour sa part sur Canal+ Claude Bartolone, le président du conseil général de Seine-Saint-Denis, qui craint que ce type de polémique ne fasse le lit de l’abstentionnisme.

«C'est Dallas à l’Elysée»

Pendant ce temps, la polémique continue. L’UMP en profite évidemment, affirmant qu’entre Ségolène Royal et Valérie Trierweiler, «c’est Dallas à l’Elysée». Le statut flou de la compagne du président est aussi pointé du doigt: «On ne sait pas si Valérie Trierweiler s’exprime comme compagne du président de la République, comme militante socialiste ou comme journaliste engagée», a déclaré ce matin sur BFMTV-RMC l’ex-ministre UMP Nathalie Kosciusko-Morizet.

Pour d'autres, entre l'incapacité à «maîtriser» les paroles de sa compagne et celle à diriger le pays, il n'y a même qu'un pas. C'est le président du conseil général des Alpes-maritimes UMP Eric Ciotti qui le franchit sur France Inter: «François Hollande doit dire clairement qui dirige l’Elysée, si c’est Mme Trierweiler ou lui», en ajoutant, «ce n’est pas rassurant pour sa capacité à diriger notre pays, en tout cas.»

Se taire, définitivement

Les éditorialistes s’en donnent aussi à cœur joie. Hervé Gattegno, rédacteur en chef de l’hebdomadaire Le Point, n’y va par exemple pas de main morte: «La sortie de Valérie Trierweiler a quelque chose de déplacé, de ridicule et de dégradant. Ce n'est ni plus ni moins qu'une scène de jalousie, un crêpage de chignon politico-médiatique dont nous n'avons pas, nous citoyens, a être les témoins. On a assez reproché (à juste titre) à Nicolas Sarkozy de mélanger sa vie privée avec les affaires publiques pour le tolérer à nouveau. Voilà donc la première décision d'homme d'État qui s'impose à François Hollande: dire à sa compagne de se taire. Définitivement.»

L'affaire vue par Les Guignols de l'info, sur Canal +

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo
(Newsnet)

Créé: 13.06.2012, 10h56

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

35 Commentaires

Mike Le Jars

13.06.2012, 11:09 Heures
Signaler un abus 40 Recommandation 0

N'oubliez pas que si on a créé "Terre des Hommes" c'est qu'il n'était pas possible de faire "Taire des Femmes". Répondre


Sébastien Labien

13.06.2012, 12:05 Heures
Signaler un abus 11 Recommandation 0

Finalement, même si j'avoue avoir été intéressé au départ, est-ce que cette ridicule affaire franco-française intéresse le lectorat suisse du Matin et justifie trois articles sur le sujet? Est-ce que les "journalistes" d'Edipresse sont si peu inspirés qu'ils sont obligés de faire du remplissage et de nous bassiner quotidiennement avec ces querelles de poulailler français? Répondre



Super héros, Louis Vuitton, fleuri, à poids... Les meilleurs du web!