Mardi 27 juin 2017 | Dernière mise à jour 06:56

Italie Ils voulaient voir le chaos londonien à Venise

Trois hommes soupçonnés de préparer un attentat à Venise ont été arrêtés. Ils avaient «exulté» après celui de Londres.

Photo d'illustration de la police à Venise.

Photo d'illustration de la police à Venise. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La police italienne a annoncé jeudi l'arrestation à Venise de trois personnes originaires du Kosovo: elles sont soupçonnées de vouloir commettre un attentat sur le célèbre pont du Rialto dans la cité des Doges.

Après avoir établi «la radicalisation religieuse» des suspects, les forces de l'ordre ont réuni suffisamment d'éléments sur leurs activités pour arrêter trois personnes et interpeller un mineur, «tous originaires du Kosovo», a expliqué la police dans un communiqué. Lors d'une conférence de presse, le procureur Adelchi d'Ippolito, en charge de l'enquête, a précisé que le groupe envisageait un attentat sur le célèbre pont du Rialto à Venise.

«Avec Venise, tu gagnes tout de suite le paradis, vu le nombre de mécréants qu'il y a, à mettre une bombe au Rialto», a déclaré l'un des hommes, le suspect mineur identifié par ses seules initiales, dans une conversation téléphonique enregistrée par les enquêteurs.

Serveurs à Venise

«Si je prête serment demain» à l'organisation Etat islamique (EI) «et qu'ils me donnent l'ordre, je suis obligé» de tuer les «mécréants», a insisté Babaj Arian, considéré comme le chef du groupe, dans une autre conversation enregistrée le 22 mars, après l'attentat de Londres.

Les enquêteurs qui les avaient placés sur écoute depuis plusieurs mois les ont d'ailleurs entendus «exulter» au téléphone après l'attentat qui a fait quatre morts près du Parlement de Westminster. L'EI a revendiqué l'attaque, mais la police britannique a dit n'avoir trouvé aucun lien entre son auteur et des groupes djihadistes.

Les suspects, dont deux travaillaient comme serveurs à Venise, s'entraînaient en regardant des vidéos de propagande de l'EI et simulaient la fabrication d'engins explosifs. Certains d'entre eux avaient aussi exprimé leur volonté d'aller combattre en Syrie avec les milices islamistes.

Des unités d'élite des forces de l'ordre ont participé en pleine nuit à l'arrestation des personnes suspectes dans le centre historique de Venise et mené douze perquisitions.

(ats/nxp)

Créé: 30.03.2017, 16h00


Sondage

Le dépistage du cancer du sein doit-il être remis en question?




S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.