ACCUEIL 28.7.2014 Mis à jour à 22h18

Kofi Annan appelle Assad à des mesures «courageuses»

Syrie

Le médiateur international qui a rencontré mardi le président syrien Bachar al-Assad, lui a demandé des mesures «courageuses», et cela «maintenant», pour mettre fin aux violences.

Mis à jour le 29.05.2012 22 Commentaires
Kofi Annan, le médiateur de l'ONU et de la Ligue arabe, avec le président syrien.

Kofi Annan, le médiateur de l'ONU et de la Ligue arabe, avec le président syrien.
Image: Reuters

49 enfants parmi les 108 tués à Houla

Le Haut Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme a affirmé mardi que sur les 108 personnes tuées dans le massacre de Houla, 49 étaient des enfants et 34 des femmes. Moins de 20 ont été les victimes de tirs d’artillerie, les autres ont été exécutés sommairement.
«Moins de 20 victimes ont été tuées par des tirs d’artillerie. Les autres ont été exécutées, lors de deux incidents séparés, par des membres des milices chabbiha», loyales au régime, a déclaré à Genève le porte-parole du Haut Commissariat Rupert Colville.

«Une partie importante des victimes ont été exécutées. Des familles entières ont été tuées dans leur maison», a-t-il ajouté. Ces chiffres se basent sur les investigations qui ont eu lieu pendant le week-end sur place par les observateurs de l’ONU, a précisé le porte-parole.

«Il est totalement impardonnable que près de la moitié des victimes soient des enfants», a déclaré Rupert Colville. La commission d’enquête internationale sur la Syrie fera rapport sur les circonstances de cet épisode à la prochaine session du Conseil des droits de l’homme en juin.

Articles en relation

Partager & Commenter

La requête de Kofi Annan intervenait quelques jours après le massacre de Houla, condamné par la communauté internationale.

«J’ai besoin que le président Assad agisse maintenant, et que les autres parties fassent leur part du travail», a déclaré M. Annan lors d’une conférence de presse à Damas. «Je l’ai appelé à prendre des mesures courageuses maintenant - pas demain, maintenant - pour créer les conditions nécessaires à la mise en oeuvre du plan» de sortie de crise.

M. Annan «a indiqué de façon franche à M. Assad sa conviction que le plan (de sortie de crise) en six points ne peut réussir si des mesures courageuses ne sont pas prises pour mettre fin aux violences et libérer les prisonniers», avait rapporté un peu plus tôt le porte- parole de l’émissaire, Ahmad Fawzi.

Mais M. Assad a de nouveau rejeté sur l’opposition la responsabilité des violences, estimant que «le succès du plan dépend de la fin du terrorisme (...) et de l’arrêt de la contrebande d’armes». Depuis le début de la révolte en mars 2011, le régime syrien, qui ne reconnaît pas l’ampleur de la contestation, assimile les opposants à des terroristes.

Expulsions de diplomates

Signe d’un durcissement de la position des Occidentaux à l’égard de Damas, les grands pays européens (Grande-Bretagne, France, Allemagne, Italie, Espagne), ainsi que les Pays-Bas, mais aussi les Etats-Unis, le Canada et l’Australie ont annoncé l’expulsion des représentants diplomatiques syriens dans leur capitale en représailles au massacre de Houla.

L’ambassadrice de Syrie en France, qui possède le même rang pour la Suisse, Lamia Chakkour, a été déclarée «persona non grata» par Paris et Berne, ont indiqué mardi le ministère français des Affaires étrangères, puis son équivalant suisse, le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE).

Le Conseil de sécurité des Nations unies avait condamné samedi Damas pour les «bombardements par les chars et l’artillerie gouvernementale» contre un quartier résidentiel de Houla, sans toutefois préciser si ce pilonnage avait causé le carnage.

Sommairement exécutés

Un porte-parole du Haut commissariat de l’ONU aux droits de l’homme, Rupert Colville, a déclaré mardi que «moins de 20 des 108 assassinats peuvent être attribués à des tirs d’artillerie et de chars».

«La plupart des autres victimes (...) ont été sommairement exécutées lors de deux incidents différents» perpétrés selon des habitants par des «chabbiha», les miliciens pro-régime. Damas a de son côté nié l’implication de ses troupes.

Selon M. Colville, «au moins une partie substantielle» du massacre de Houla «était des exécutions sommaires de civils, y compris de femmes et d’enfants». «Ceux qui sont responsables de ces crimes brutaux devront en répondre», a estimé M. Annan.

La Russie, alliée de Damas, avait estimé que régime et rebelles étaient impliqués dans le massacre, arguant de la présence de blessures à bout portant en plus des tirs d’artillerie. Une commission conjointe armée-justice, chargée par Damas d’enquêter, doit publier ses conclusions mercredi.

Le CNS veut le recours à la force

Le Conseil national syrien (CNS), principale coalition de l’opposition, a salué le mouvement d’expulsions d’ambassadeurs syriens, lancé par le nouveau président français, François Hollande.

Le CNS a appelé la communauté internationale à aller plus loin en adoptant au Conseil de sécurité «une résolution permettant le recours à la force nécessaire en vue d’empêcher les génocides et les meurtres commis par les milices du régime».

La trêve instaurée théoriquement le 12 avril en vertu du plan de M. Annan semble de plus en plus caduque avec 19 nouveaux morts mardi dans la répression et de violents combats entre rebelles et soldats.

Sur le terrain, répression et combats reprenaient de plus belle, notamment dans les provinces de Homs (centre), Idleb (nord-ouest), Hama (centre), Alep (nord) et Raqa (nord-est), selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH). (ats/Newsnet)

Créé: 29.05.2012, 19h40

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

22 Commentaires

john monk

29.05.2012, 11:46 Heures
Signaler un abus 10 Recommandation 0

Les terroristes tuent 108 personnes, et comme d'habitude on accuse le régime. Répondre


Herr Bex

29.05.2012, 11:24 Heures
Signaler un abus 6 Recommandation 0

"Par ailleurs, l'Australie a expulsé le plus haut diplomate syrien en poste à Canberra" vive l'Australie qui a le courage de répondre de manière franche à Bachar Al-Assad! Répondre