Mardi 6 décembre 2016 | Dernière mise à jour 01:10

Syrie Kofi Annan «choqué et effaré» par le nouveau massacre

L'émissaire spécial des Nations Unies et de la Ligue arabe pour la Syrie estime que l'attaque meurtrière du village de Treimsa est «une violation de l'engagement du gouvernement de cesser l'emploi d'armes lourdes».

Kofi Annan s'est déclaré «choqué et effaré» par le nouveau massacre perpétré en Syrie.

Kofi Annan s'est déclaré «choqué et effaré» par le nouveau massacre perpétré en Syrie. Image: AFP

Départ d'un cargo russe avec des hélicos militaires

Le cargo russe Alaed, qui avait dû faire demi-tour en juin au large de l'Ecosse sans avoir pu livrer à la Syrie des hélicoptères remis en état par la Russie, a quitté le port de Mourmansk, a annoncé vendredi l'agence publique russe chargée des exportations militaires. «Les hélicoptères MI-25 destinés à être retournés à la Syrie après réparation se trouvent comme auparavant à bord de l'Alaed, qui navigue du port de Mourmansk (Océan Arctique, ndlr) vers un des ports de la Fédération de Russie».

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Kofi Annan s'est déclaré «choqué et effaré» par les nouvelles concernant le village syrien de Treimsa, près de Hama, où plus de 200 personnes ont été tuées jeudi, selon des ONG. L'émissaire international a également dénoncé l'utilisation d'armes lourdes.

Dans un communiqué diffusé vendredi à Genève, l'émissaire spécial des Nations Unies et de la Ligue arabe pour la Syrie estime qu'il s'agit «d'une violation de l'engagement du gouvernement de cesser l'emploi d'armes lourdes dans les centres de population et de son engagement sur le plan en six points».

Les observateurs de l'ONU se sont dit prêts à se rendre dans la localité de Treimsa, a affirmé vendredi leur chef le général Robert Mood. «S'il y a un véritable cessez-le-feu, l'UNSMIS est prête à s'y rendre et vérifier les faits», a-t-il dit dans un communiqué.

«Comme vous le savez, la mission a suspendu ses opérations en raison du niveau inacceptable de violence sur le terrain (...) Cependant les observateurs sont toujours stationnés dans les différentes provinces, peuvent voir ce qui se passe dans les environs et sont en relations avec les parties sur le terrain», a-t- il dit.

«Cependant à partir de notre présence dans la province de Hama, nous avons pu constater hier des combats permanents dans la région de Treimsa au cours desquels étaient impliqués des unités mécanisées, de l'artillerie et des hélicoptères», a-t-il souligné.

(ats/nxp)

(Créé: 13.07.2012, 13h37)

Sondage

Offrir une prime aux employés qui ne sont jamais malades vous semble-t-il correct?



S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER
Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.