Mardi 30 août 2016 | Dernière mise à jour 11:06

Belgique L'Eglise de scientologie sur la sellette en Belgique

La justice belge doit rendre son verdict vendredi après un procès inédit.

Le siège de la scientologie à Bruxelles (Belgique), le 8 décembre 2015.

Le siège de la scientologie à Bruxelles (Belgique), le 8 décembre 2015. Image: AFP

Galerie photo

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La justice belge dira vendredi si la branche belge de l'Eglise de scientologie, considérée comme une secte dans plusieurs pays, doit être dissoute, comme l'a réclamé le parquet lors d'un procès inédit devant le tribunal correctionnel de Bruxelles.

L'audience au cours de laquelle le verdict sera lu débute à 09h00 au Palais de justice de Bruxelles et devrait durer plusieurs heures.

Deux associations --la branche belge de l'Eglise de scientologie et le Bureau européen pour les droits de l'homme, une émanation à Bruxelles du siège américain de l'Eglise de scientologie-- ainsi que de onze de leurs membres et (anciens) dirigeants étaient poursuivis pour avoir constitué une «organisation criminelle» et pour des faits de «fraude», de «pratique illégale de la médecine», de «violation de la vie privée» et d'«extorsion».

Dissolution demandée

Le procureur fédéral Christophe Caliman a réclamé fin novembre la dissolution pure et simple de l'Eglise de scientologie de Belgique, tout en estimant irrecevables, pour des raisons de procédure, les poursuites visant le Bureau européen de l'église de scientologie.

Il a également requis des peines de six à 20 mois de prison avec sursis à l'encontre des 11 prévenus.

Lors de la dernière audience, le 11 décembre, les avocats de la défense ont pour leur part plaidé l'acquittement général.

18 ans d'enquête

Le procès, qui s'était ouvert le 23 octobre 2015, après 18 ans d'enquête, s'était déroulé sans parties civiles, les plaignants initiaux ayant retiré leur plainte lorsqu'ils ont été remboursés, et s'est résumé en un face-à-face tendu entre le parquet et les scientologues.

Après l'audition des prévenus, qui avaient tous réfuté les accusations, les responsables scientologues belges ont contesté le bien-fondé même de l'enquête.

«On ne s'explique pas un acharnement aussi long sur finalement des gens qui ne faisaient que pratiquer leur religion de manière paisible en Belgique», avait déclaré à l'AFP le porte-parole en Belgique des scientologues, Eric Roux.

Plaintes d'anciens adeptes

En tout état de cause, «ça ne serait pas la fin de l'Eglise de scientologie en Belgique, parce qu'on parle d'une association», avait-il observé.

La première enquête en Belgique concernant l'Eglise de scientologie avait été ouverte en 1997 sur la base de plaintes d'anciens adeptes, dont une femme qui s'était tournée vers la justice après avoir cherché en vain à récupérer une partie de l'argent qu'elle avait versé.

Au cours de perquisitions effectuées en 1999, les enquêteurs avaient saisi des dossiers reprenant des données personnelles de membres, dont des descriptions psychologiques et des informations relatives à l'état de santé des adeptes.

Une seconde enquête avait été ouverte, cette fois à la suite d'une plainte en 2008 de l'Office bruxellois pour l'Emploi (Actiris), qui accusait les scientologues d'avoir publié de fausses offres d'emploi dans le but de recruter de nouveaux adeptes. (afp/nxp)

(Créé: 11.03.2016, 05h31)

Sondage

Indiquer la présence d'un radar sur les réseaux sociaux est-il acceptable?




Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.