Dimanche 4 décembre 2016 | Dernière mise à jour 11:04

Californie L'assassin de Bob Kennedy reste en prison

Pour la 15e fois, les autorités américaines ont refusé la demande de mise en liberté conditionnelle du meurtrier du sénateur.

Sirhan Sirhan a été inculpé en 1969 pour le meurtre du sénateur de New York  en pleine campagne présidentielle de 1968. (Image - 9 février 2016)

Sirhan Sirhan a été inculpé en 1969 pour le meurtre du sénateur de New York en pleine campagne présidentielle de 1968. (Image - 9 février 2016) Image: Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les autorités américaines ont refusé mercredi pour la quinzième fois d'accorder une liberté conditionnelle au tueur de Robert Kennedy, assassiné durant la campagne présidentielle de 1968.

L'homme de 71 ans ne pourra pas présenter de nouvelle demande de liberté avant cinq ans.

Il avait été reconnu coupable le 17 avril 1969 du meurtre du sénateur de New York et de tentatives de meurtre. Il avait été condamné à mort, mais sa peine avait été commuée en réclusion à perpétuité en 1972, à la faveur d'une brève suppression de la peine capitale en Californie.

Le meurtrier est apparu mercredi devant une commission des autorités pénitentiaires californiennes durant trois heures, affirmant qu'il ne se rappelait plus de la fusillade qui a provoqué la mort de «Bobby» Kennedy, frère cadet de John Fitzgerald Kennedy, assassiné, lui, en 1963. Il a dit qu'il avait trop bu ce soir-là et qu'il aimerait «que rien ne se soit passé», selon la chaîne ABC.

Discours décousu

«Si vous voulez des aveux, je ne peux pas vous les donner maintenant», a-t-il ajouté dans un discours décousu. «Légalement parlant, je ne suis responsable de rien». Il a encore affirmé que les aveux durant son procès étaient le fait d'un avocat qui l'avait mal conseillé et l'avait convaincu qu'il était coupable.

Les membres de la commission n'ont guère été convaincus par le témoignage du tueur, estimant qu'il ne montrait aucun remord: «Ce crime a eu un impact sur la nation entière, et si j'ose dire, sur le monde entier», a dit le président de la commission Brian Roberts.

Le meurtrier, un immigré palestinien, avait assassiné Bob Kennedy à l'hôtel Ambassador à Los Angeles, juste après que le sénateur avait remporté la primaire démocrate pour l'élection présidentielle. Cinq autres personnes avaient été blessées. Le meurtrier avait justifié son geste par le soutien apporté par Bob Kennedy à la vente d'avions militaires à Israël.

(ats/nxp)

(Créé: 11.02.2016, 04h15)

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER
Choisissez vos newsletters

Les plus partagés Monde