Samedi 27 août 2016 | Dernière mise à jour 11:57

Visite d'Etat La Suisse continuera d'aider la Tunisie, qui en a besoin

Johann Schneider-Ammann a félicité la Tunisie et son président pour avoir «traversé les nombreux écueils du Printemps arabe avec beaucoup de maturité et de sagesse».

Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Votre visite est l'occasion de vous exprimer notre soutien en ces temps difficiles et de vous aider sur le chemin d'un vrai progrès politique, social et économique», a dit jeudi Johann Schneider-Ammann au président tunisien. Béji Caïd Essebsi a reconnu la nécessité d'un tel soutien.

Saluant la première visite d'Etat d'un président tunisien en Suisse, Johann Schneider-Ammann a congratulé son pays pour avoir «traversé les nombreux écueils du Printemps arabe avec beaucoup de maturité et de sagesse». Il s'exprimait lors d'un discours dans la salle des Pas perdus du Palais fédéral.

Il s'est aussi félicité que la nouvelle Constitution tunisienne, promulguée le 7 février 2014, reconnaisse une religion d'Etat, l'islam, «tout en garantissant la liberté de croyance à tous les citoyens et citoyennes». Une «démonstration éclatante du rôle pionnier que joue la Tunisie sur la voie de l'Etat de droit, au respect des droits humains et des droits fondamentaux», a-t-il estimé.

Partenariat social

«Je suis convaincu qu'il n'y pas de liberté ou de démocratie sans une solide base économique. Elle doit tout particulièrement offrir aux jeunes une formation et un emploi, c'est-à-dire des perspectives», a poursuivi le chef du Département de l'économie (DEFR). «L'absence de celles-ci contribue sans aucun doute à certaines dérives que nous pouvons observer un peu partout dans le monde», a-t-il ajouté.

«La Suisse souhaite contribuer à créer ces perspectives dans votre pays», a poursuivi Johann Schneider-Ammann. La visite de la secrétaire d'Etat à l'économie Marie-Gabrielle Ineichen-Fleisch avec une délégation économique en Tunisie l'automne dernier constitue un premier pas.

Des liens appelés à se développer encore, notamment lors de la table ronde économique à laquelle les deux hommes participeront vendredi. «Lors de notre visite de la société de produits alimentaires Emmi, vous aurez un aperçu du rôle fondamental que joue dans notre pays la formation professionnelle en entreprise».

La Suisse entend aussi poursuivre son programme de soutien entamé en 2011, pour promouvoir démocratie et droits humains, favoriser le développement économique et examiner les questions migratoires. Un groupe d'amitié Suisse-Tunisie doit aussi être créé à l'occasion de cette visite.

Encore du travail

Saluant l'aide déjà apportée par la Suisse, par exemple pour la rédaction de la Constitution tunisienne, Béji Caïd Essebsi a reconnu la nécessité de la poursuite du soutien, alors que «le choix démocratique doit encore être ancré dans la réalité».

La Tunisie vit une «expérience unique» dans le monde arabe, «pas facile à assumer dans un environnement qui ne marche pas dans cette voie», a-t-il expliqué. «Nous sommes le contre-projet de ce qui nous entoure», a-t-il insisté, faisant allusion notamment à la situation en Libye voisine.

Il a aussi espéré que sa visite galvanise les relations bilatérales. «Nous faisons le maximum» pour que les entreprises suisses, «qui font un très bon travail», investissent en Tunisie. (ats/nxp)

(Créé: 18.02.2016, 17h11)

Sondage

Vous sentez-vous indisposé par le port du burkini?




Sondage

Prendre l'apéro en uniforme, est-ce choquant?




Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.