Lundi 5 décembre 2016 | Dernière mise à jour 04:44

Présidentielle américaine La campagne s'envenime

Le vice-président Joe Biden a jugé que les propositions du républicain Mitt Romney sur les banques revenaient à «remettre des chaînes aux pieds» des Américains.

Mitt Romney et Barack Obama

Mitt Romney et Barack Obama Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Mitt Romney a dénoncé de son côté une «campagne de haine».

«Regardez leur budget et ce qu'ils proposent», a clamé Joe Biden lors d'un meeting en Virginie (est des Etats-Unis), un ancien Etat esclavagiste. Le candidat républicain à la Maison Blanche Mitt Romney «va laisser les banques faire à nouveau leurs propres lois et libérer Wall Street. Ils vont vous remettre des chaînes aux pieds», a-t-il déclaré, déclenchant une polémique politique.

Furieux, Mitt Romney a répliqué depuis l'Ohio, au nord du pays que Barack Obama devait «ramener (sa) campagne de division, de colère et de haine à Chicago», la ville de Barack Obama.

«Monsieur le président, ramenez votre campagne de division, de colère et de haine à Chicago et laissez-nous reconstruire et réunifier l'Amérique», a déclaré Mitt Romney devant ses militants à Chillicothe, dans le sud de l'Ohio.

Romney: Obama «déchire l'Amérique»

«Sa stratégie de campagne c'est de déchirer l'Amérique pour ensuite rassembler 51 pour cent du puzzle», alors que les Américains «qui ont vécu et sont morts sous le même drapeau en défendant un seul but» méritent mieux, a estimé Mitt Romney.

Le camp Romney avait déjà réagi aux propos de Joe Biden, en accusant Barack Obama de multiplier les attaques personnelles pour masquer un «bilan raté».

«Si on se demandait jusqu'où pouvait aller le président Obama pour être réélu, nous savons maintenant qu'il est prêt à dire que Mitt Romney veut remettre des chaînes aux pieds des gens», a déclaré Andrea Saul, la porte-parole du candidat républicain à la Maison Blanche, qui affrontera Barack Obama le 6 novembre.

Le camp Obama a de son côté défendu le choix des mots de Joe Biden: «Pendant des mois, les républicains ont parlé de 'défaire les chaînes' du secteur privé entravé par des lois protégeant les Américains», a déclaré la directrice de campagne adjointe de Barack Obama Stephanie Cutter.

Une indignation «hypocrite»

«Depuis, le vice-président a souvent utilisé une métaphore semblable pour décrire la nécessité de 'défaire les chaînes' entravant la classe moyenne», a-t-elle poursuivi.

«Nous trouvons que l'indignation de l'équipe Romney vis-à-vis des commentaires du vice-président est hypocrite, particulièrement en regard des discours de leur propre candidat remettant en question le patriotisme du président», a-t-elle ajouté.

Une récente campagne publicitaire démocrate avait déjà créé une polémique. Le spot citait un ouvrier sidérurgiste qui se plaignait de ne pas avoir eu droit à une couverture maladie après son licenciement d'une entreprise ayant appartenu au fonds d'investissement de Mitt Romney.

Barack Obama et Mitt Romney se sont également affrontés à distance sur le thème de l'énergie. Le candidat républicain Mitt Romney a, depuis l'Ohio, accusé le président démocrate sortant de mener une «guerre contre le charbon» alors que Barack Obama, en campagne dans l'Iowa au centre des Etats-Unis, a affirmé que son rival n'était pas conscient des bénéfices possibles de l'énergie éolienne. (ats/nxp)

(Créé: 15.08.2012, 06h39)
S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER
Choisissez vos newsletters

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.