Mercredi 7 décembre 2016 | Dernière mise à jour 21:04

Syrie La guerre informatique contre le groupe EI

Les Américains emploient des armes informatiques contre les terroristes.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les Américains utilisent des armes informatiques dans leur guerre contre le groupe Etat islamique en Irak et en Syrie, a déclaré lundi le secrétaire à la Défense Ashton Carter.

«Nous utilisons des outils informatiques pour affaiblir la capacité du groupe Etat islamique à opérer et communiquer sur le champ de bataille virtuel», a dit Ashton Carter lors d'une conférence de presse au Pentagone.

«Il s'agit de leur faire perdre confiance dans leurs réseaux, de surcharger leurs réseaux pour qu'ils ne puissent pas fonctionner, et faire toutes ces choses qui interrompent leur capacité à commander leurs forces, et à contrôler leur population et leur économie», a expliqué Ashton Carter.

Confidentialité

Le chef d'état-major inter-armées Joseph Dunford, aux côtés du secrétaire à la Défense, a fait le parallèle entre assiéger l'EI physiquement dans ses places-fortes de Mossoul (Irak) et Raqa (Syrie), et l'assiéger dans le cyberespace.

«Nous essayons à la fois physiquement et virtuellement d'isoler le groupe Etat islamique», a-t-il expliqué. Mais les deux responsables se sont refusés à détailler davantage les cyber-opérations de l'armée américaine.

«Nous ne voulons pas» que les djihadistes «soient capables de faire la différence» entre les perturbations liées aux cyber-armes américaines et les perturbations qui n'ont rien à voir, a expliqué le général Dunford.

Guerre des réseaux

La confidentialité est d'autant plus importante que ces cyber-armes sont «nouvelles», «surprenantes», et «utilisables» face à d'autres adversaires que l'EI, a souligné de son côté Ashton Carter.

Le secrétaire américain à la Défense n'a pas précisé quels étaient ces adversaires.

Mais les responsables américains de la Défense n'ont cessé de mettre en garde ces dernières années sur les capacités des Russes et des Chinois en matière de guerre des réseaux, sans oublier celles des Iraniens et des Nord-Coréens.

6'000 soldats spécialisés

Les Etats-Unis sont en train de constituer une force d'environ 6'000 soldats spécialisés dans la guerre informatique, placés pour l'instant sous l'autorité de l'amiral Michael Rogers, le patron de la NSA, la puissante agence de renseignement chargée de l'espionnage électronique.

Ce «cyber-commandement» de l'armée américaine, regroupant 133 unités de combat, doit être capable de mener à la fois des opérations de défense des réseaux et ordinateurs américains, et d'attaque sur des machines adverses.

Le Pentagone est resté jusqu'à maintenant très discret sur les activités de ces cyber-combattants mais l'administration prévoit d'augmenter de 15% l'enveloppe de la guerre informatique dans le budget de la Défense 2017, à 6,7 milliards de dollars, soit un peu plus de 1% du budget total de la Défense américaine. (afp/nxp)

(Créé: 01.03.2016, 00h05)

Sondage

Seriez-vous tenté par un smartphone low cost à moins de 100 francs?



S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER
Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER
Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Les plus partagés Monde