ACCUEIL 30.6.2016 Mis à jour à 20h59

La situation des Roms inquiète le Conseil de l'Europe

France

L'institution reproche à Paris les évacuations forcées sans relogement.

Mis à jour le 16.02.2016
Des gendarmes français patrouillent dans un camp de Roms dans le 18e arrondissement de Paris après son évacuation, le 3 février 2016.

Des gendarmes français patrouillent dans un camp de Roms dans le 18e arrondissement de Paris après son évacuation, le 3 février 2016.
Image: AFP

Articles en relation

Mots-clés

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Le commissaire aux droits de l'Homme du Conseil de l'Europe s'inquiète des évacuations forcées de Roms, non assorties de solutions de relogement, et du «climat d'antitsiganisme» qui règnerait en France, dans un courrier adressé au ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve.

Dans cette lettre dont l'AFP a eu copie, Nils Muiznieks déplore que sur les 111 évacuations forcées de Roms effectuées en 2015 en France, seules 29 aient donné lieu à des propositions de relogement.

Il constate que ces évacuations forcées «interrompent les parcours scolaires des enfants Roms, compromettent le suivi médical et fragilisent le maintien dans l'emploi». Le commissaire fait également part de son inquiétude devant «le climat d'antitsiganisme qui existe de longue date en France et dans lequel ces opérations sont menées».

6 autres pays concernés

Nils Muiznieks a adressé des courriers similaires à six autres gouvernements européens, ceux de l'Albanie, de la Bulgarie, de la Hongrie, de l'Italie, de la Serbie et de la Suède.

Dans sa réponse, Bernard Cazeneuve souligne que ces expulsions «visent à faire respecter le droit de propriété, mais aussi à protéger les occupants de risques liés à leur santé, à leur sécurité, ou à d'autres périls que peut engendrer l'économie de la misère».

Tout en reconnaissant que dans des «situations d'urgence», les solutions proposées peuvent «relever davantage du court terme», il rappelle que la circulaire qui définit le cadre de ces expulsions prévoit qu'«un diagnostic précède chaque évacuation».

170 hébergements proposés, 80 acceptés

Le ministre de l'Intérieur précise également que lors de l'évacuation début février d'un important campement de Roms installé dans le nord de Paris, «170 hébergements ont été proposés et seuls 80 ont été acceptés».

Deux jours après l'évacuation de ce bidonville parisien qui avait compté jusqu'à 400 occupants, une centaine de Roms qui s'était installée sur un terrain militaire à Epinay-sur-Seine (Seine-Saint-Denis) avait à nouveau été expulsée.

Selon un rapport de la Ligue des droits de l'Homme et de l'European Roma Rights Center, plus de 11'000 Roms ont été évacués de leurs campements en France en 2015. (afp/nxp)

Créé: 16.02.2016, 00h56

0

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Publicité
Aucun commentaire pour le moment

Sondage

Doris Leuthard a-t-elle raison de vouloir taxer les pendulaires aux heures de pointe?




Sondage

Accepteriez-vous de fournir votre profil Facebook pour obtenir un visa?




Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons