ACCUEIL 25.10.2014 Mis à jour à 12h55

Le Talmud désigné responsable du trafic de drogue

Iran

Le vice-président iranien, adepte des déclarations anti-Israël, a affirmé que l'enseignement du livre sacré du judaïsme était à l'origine du trafic de drogue dans le monde.

Mis à jour le 27.06.2012
Le vice-président iranien Mohammad Reza Rahimi pose ici à droite du président Mahmoud Ahmadinejad.

Le vice-président iranien Mohammad Reza Rahimi pose ici à droite du président Mahmoud Ahmadinejad.
Image: Keystone

Partager & Commenter

L’enseignement du Talmud, le livre sacré du judaïsme, est responsable de la diffusion de la drogue dans le monde dont le principal opérateur est Israël, a affirmé le vice-président iranien Mohammad Reza Rahimi.

"La diffusion de la drogue dans le monde est la conséquence des enseignements du Talmud (...) dont l’objectif est la destruction du monde", a affirmé M. Rahimi mardi lors d’une conférence internationale sur le trafic de drogue à laquelle participaient des diplomates étrangers.

"Le Talmud enseigne qu’il est licite de s’enrichir par des moyens légaux et illégaux, ce qui donne (aux juifs) le droit de détruire l’Humanité", a ajouté M. Rahimi, cité mercredi par le site de la présidence."Le principal responsable du trafic mondial (de drogue) est le régime sioniste", a-t-il encore dit.

Les dirigeants iraniens appellent régulièrement à la disparition d’Israël, qualifié notamment de "tumeur cancéreuse" au Moyen-Orient, mais il est rare qu’ils s’en prennent publiquement au judaïsme.

Téhéran a en revanche déjà accusé dans le passé le Mossad israélien de favoriser la consommation de drogue en Iran dans l’espoir d’affaiblir le régime islamique.

Plaque tournante

L’Iran est l’une des plaques tournantes du trafic de drogue venant d’Afghanistan et destinée notamment aux pays occidentaux, et plus de deux millions d’Iraniens consommeraient des narcotiques, selon des estimations officielles citées par les médias.

Le régime mène depuis la révolution de 1979 une véritable guerre contre les trafiquants, qui constituent la moitié de la population carcérale et dont plusieurs centaines sont exécutés chaque année.

Plus de 4000 policiers et militaires iraniens engagées dans cette lutte ont été tués lors des trente dernières années, selon les chiffres officiels, et l’engagement de Téhéran est régulièrement salué par l’Office des Nations-Unies contre le crime et la drogue (UNODC).

Les Etats-Unis accusent toutefois certains responsables iraniens, notamment au sein des Gardiens de la révolution, la garde prétorienne du régime, de faciliter le transit de la drogue afghane vers l’Occident. (afp/Newsnet)

Créé: 27.06.2012, 11h01

Sondage

Coincé dans un aéroport, comment comblez-vous l'attente d'un vol retardé?