ACCUEIL 30.7.2014 Mis à jour à 18h54

Le cessez-le-feu en Syrie fragilisé par des violences meurtrières

Répression

Le cessez-le-feu en Syrie «semble être respecté» quelques heures après son appplication, selon l'émissaire international Kofi Annan, même si l'opposition et le régime s'accusent mutuellement de le mettre en péril .

Mis à jour le 12.04.2012 26 Commentaires
Un char du régime syrien en position et prêt à intervenir.

Un char du régime syrien en position et prêt à intervenir.
Image: Keystone

Obama et Merkel durcissent le ton

Le président des Etats-Unis Barack Obama et la chancelière allemande Angela Merkel estiment qu’une action "plus résolue" du Conseil de sécurité de l’ONU sur la Syrie est nécessaire, a annoncé mercredi la Maison Blanche après une conversation téléphonique entre les deux dirigeants.

"Le président et la chancelière sont tous deux inquiets du fait que le gouvernement Assad ne respecte pas les termes de l’accord négocié par Kofi Annan et a continué à faire subir des violences inacceptables à son propre peuple", a précisé la présidence américaine dans un communiqué.

Cet appel entre les deux dirigeants alliés est intervenu sur fond d’activité diplomatique fiévreuse avant la date-butoir pour cessez-le-feu en Syrie, au terme d’un accord élaboré par M. Annan destiné à mettre fin à 13 mois de violences. (afp)

Articles en relation

Mots-clés

Le calme semble régner en Syrie une heure après l'entrée en vigueur du cessez-le-feu jeudi. L'opposition appelle à son « droit à manifester pacifiquement».

Le succès du plan Annan dépend désormais de l’application de son volet politique. Mais les analystes redoutent que sa mise en oeuvre ne se limite au cessez-le-feu entré en vigueur jeudi en raison du fossé entre régime et opposition.

«Jusqu’à présent, le régime a gagné du temps, mais l’heure de la vérité approche», affirme le politologue Khattar Abou Diab, professeur à l’Université Paris-Sud. «L’idée est de savoir si le régime mettra en oeuvre le volet politique ou se contentera de déclarer que ’tout va bien’ après le cessez-le-feu», ajoute-t-il.

Le plan en six points de l’émissaire international Kofi Annan prévoit, après le cessez-le-feu, «un processus politique ouvert, dirigé par les Syriens, de façon à répondre aux aspirations et préoccupations légitimes du peuple syrien».

Pas de dialogue sérieux attendu

Pour les analystes, Damas fera tout pour éviter un dialogue sérieux sur un transfert du pouvoir, réclamé avec insistance par l’opposition et une partie de la communauté internationale.

«La réponse du régime aux mouvements populaires a toujours été une solution sécuritaire, sans accord politique. Jusqu’au dernier moment, le régime va essayer d’écarter une solution politique», affirme Abou Diab.

En face, le Conseil national syrien (CNS), principale coalition d’opposants, a déjà plusieurs fois refusé toute discussion avant le départ du président Bachar al-Assad.

Le cessez-le-feu, censé mettre fin à plus d’un an de violences meurtrières, est officiellement entré en vigueur jeudi à 5 heures. L’opposition a recensé quelques morts, tandis que militants et Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH) ont fait état d’un calme relatif dans de nombreuses régions.

Manque de confiance

«Nous entrons dans une période où tout le monde va observer de très près ce qui se passe (...) Nous n’en sommes pas encore à une solution politique», affirme pour sa part Karim Bitar, chercheur associé à l’IRIS, spécialiste du Proche et Moyen-Orient.

«La grande faiblesse du plan Annan, c’est qu’il ne prend pas en compte le gouffre qui s’est créé entre les deux parties en Syrie et le déficit de confiance vis-à-vis du régime aussi bien de la part de l’opposition que de la plupart des pays étrangers», juge-t-il.

Les violences ont fait en effet plus de 10’000 morts depuis l’éclatement de la révolte dans le pays, selon l’OSDH.

«Si jamais il y a dialogue, ce sera éventuellement un simulacre de dialogue avec quelques personnalités choisies. Mais je ne vois pas comment il peut y avoir un dialogue national car les blessures sont importantes et pas encore cicatrisées», poursuit M. Bitar.

Nouvelles manifestations

Les militants ne semblent d’ailleurs pas prêts à baisser les bras et ont déjà appelé à de nouvelles manifestations vendredi, un test pour Damas qui réprime habituellement ces rassemblements.

«Le régime dit qu’il a repris le contrôle (...) mais ce n’est pas le cas sur le terrain. Il y a encore de la résistance et le mouvement de contestation ne s’est pas arrêté», note M. Abou Diab.

Salman Shaikh, directeur du Brookings Center à Doha, fait le même constat: «Le plus gros test pour les forces d’Assad c’est quand les gens manifesteront en masse. Que se passera-t-il quand les gens occuperont les centres des villes et des villages?», écrit-il sur Twitter.

Pourrissement

Pour Karim Bitar, le bras de fer se prolongera au-delà du cessez- le-feu. «L’opposition est trop faible pour abattre le régime et ce régime est trop faible pour faire taire l’opposition», constate-t-il.

«Il peut y avoir une situation de pourrissement, de conflit de basse intensité pendant plusieurs mois. Mais le régime n’est pas sorti d’affaire. A moyen terme, il reste condamné», conclut-il. (ats/Newsnet)

Créé: 12.04.2012, 18h29

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

26 Commentaires

Georges Alexandre

12.04.2012, 20:23 Heures
Signaler un abus 2 Recommandation 0

Ah oui, les manifestations... beaucoup de Syriens ont manifesté pendant une année au péril de leur vie et plusieurs milliers de ces manifestants sont morts pour défendre ce droit. Pour eux, cesser de manifester aujourd'hui signifierait reconnaître qu'Al-Assad a gagné et que beaucoup sont morts inutilement. Rien à voir avec une provocation. Aux armes de se taire. On attend le bilan de ce vendredi. Répondre


Yitzhak Rabin

12.04.2012, 09:31 Heures
Signaler un abus 1 Recommandation 0

La situation reste fragile et explosive et Bachar n'a pas encore donné toutes les garanties qu'on attend de lui, mais c'est néanmoins un progrès. Enfin les armes se sont tues. Il y aura sans doute des provocations et des échauffourées dans les jours et mois à venir, mais le régime syrien semble avoir enfin compris qu'il avait épuisé son stock d'excuses et mensonges et la patience de tout le monde. Répondre