ACCUEIL 29.6.2016 Mis à jour à 19h55

Le chef de la diplomatie appelle à libérer Assange

Équateur

«Le dossier Julian Assange va être important», a déclaré Long, nouveau ministre équatorien des Affaires étrangères.

Mis à jour le 07.03.2016 4 Commentaires
Les gouvernements britannique et suédois ont rejeté l'avis de l'ONU.

Les gouvernements britannique et suédois ont rejeté l'avis de l'ONU.
Image: Archives/Keystone

Articles en relation

Mots-clés

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Le nouveau ministre équatorien des Affaires étrangères Guillaume Long a appelé Londres et Stockholm à redonner au fondateur de WikiLeaks Julian Assange, réfugié depuis plus de trois ans à l'ambassade d'Equateur en Grande-Bretagne, sa liberté de mouvement.

«Le dossier Julian Assange va évidemment être important», a déclaré Long, qui a pris ses fonctions vendredi en remplacement de Ricardo Patiño, qui a lui-même récupéré le portefeuille de la Défense.

«Une fois encore, nous exhortons (Londres et Stockholm) a respecter la décision du groupe de travail de Nations unies» qui a appelé en février à mettre fin à sa «détention arbitraire», a-t-il ajouté lors de sa première conférence de presse.

Un précédent néfaste

Les gouvernements britannique et suédois avaient immédiatement rejeté cet avis, Londres laissant entendre qu'Assange serait arrêté s'il mettait un pied hors de l'ambassade.

«Cela nous semble très inquiétant et grave que cette décision ne soit pas respectée. Cela crée un précédent qui est néfaste», a jouté Guillaume Long.

Visé par un mandat d'arrêt européen émis par des magistrats suédois, Julian Assange vit reclus depuis plus de trois ans à l'ambassade d'Equateur à Londres.

Personnage controversé, défenseur héroïque des libertés pour ses fans, égocentrique en mal d'attention pour ses détracteurs, Julian Assange nie le viol dont il est accusé en Suède.

Il refuse de se rendre dans ce pays de peur d'être extradé vers les États-Unis, où il pourrait se voir reprocher la publication par WikiLeaks, en 2010, de 500'000 documents classés secret défense sur les interventions en Irak et Afghanistan et 250'000 communications diplomatiques.

(afp/nxp)

Créé: 07.03.2016, 22h42

4

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Publicité

4 Commentaires

Luc Luke

07.03.2016, 23:03 Heures

La mafia anglo-saxonne a trop d'intérêts économiques dans l'espionnage mondial pour laisser cette affaire filer. Les Etats-Unis sont condamnés à se comporter en tyrans mondiaux - politiques, militaires, économiques - sinon ce pays sera relégué loin de sa position de no 1, avec l'émergence de la Chine et l'Europe. Répondre


Jean Pierre

08.03.2016, 10:17 Heures

Libérez Assange, assumez vos mensonges et arrêtez de faire croire que dire la vérité est un crime en démocratie et dans un état de droit, merci. Répondre



Sondage

Préférez-vous le pain artisanal ou celui des grandes surfaces?