ACCUEIL 27.5.2016 Mis à jour à 16h08

Le chef militaire du Hamas tué dans un raid israélien

Proche-Orient

Le chef des opérations militaires du mouvement Hamas, Ahmad Jaabari, a été tué mercredi à Gaza dans un raid de l'armée israélienne.

Mis à jour le 14.11.2012
La voiture où se trouvait le chef du Hamas et son chauffeur a été explosée par un raid israélien.

La voiture où se trouvait le chef du Hamas et son chauffeur a été explosée par un raid israélien.
Image: AFP

Articles en relation

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

L'armée israélienne a lancé une opération contre les groupes armés du territoire palestinien et n'exclut pas une intervention terrestre «si nécessaire».

«Le martyr est Ahmad Jaabari», a déclaré un médecin des urgences de l'hôpital Al-Chifa de Gaza, le Dr Aymane al-Sahabani. Son garde du corps, touché, a également succombé à ses blessures.

Avant même l'annonce officielle de la mort, des centaines de membres des Brigades Ezzedine al-Qassam, aile militaire du Hamas, s'étaient rassemblés en criant vengeance autour de l'hôpital Al- Chifa, où avait été conduit leur chef.

L'armée israélienne a confirmé le raid contre Ahmad Jaabari, ajoutant qu'elle le tenait pour «directement responsable de l'exécution d'attentats terroristes contre l'Etat d'Israël ces dernières années».

L'opération, menée conjointement avec le service de sécurité intérieure israélien, le Shin Bet, «visait à paralyser la chaîne de commandement et de contrôle de la direction du Hamas, ainsi que son infrastructure terroriste», selon un communiqué militaire.

Ce raid marque le début d'une opération plus vaste, a annoncé la porte-parole de l'armée israélienne, le lieutenant-colonel Avital Leibovich. «Si nécessaire, l'armée est prête à lancer une opération terrestre à Gaza», a souligné un porte-parole militaire israélien sur son compte officiel Twitter.

Une «déclaration de guerre»

De leur côté, les Brigades Ezzedine al-Qassam ont averti dans un communiqué qu'Israël «a ouvert sur lui-même les portes de l'enfer». Le porte-parole du gouvernement du Hamas qui contrôle la bande de Gaza, Taher al-Nounou, a de son côté déclaré qu'»Israël portait la responsabilité de ces crimes et de leurs graves conséquences».

Et un porte-parole du Hamas, Fawzi Barhoum, a affirmé qu'Israël avait commis «un crime grave et franchi toutes les lignes rouges, ce qui équivaut à une déclaration de guerre, avec tout ce que cela implique et le payera très cher».

Aux Etats-Unis, le Pentagone a indiqué «surveiller de près la situation» à Gaza, affirmant le droit d'Israël à se «défendre contre le terrorisme».

L'Egypte a pour sa part condamné l'opération de Tsahal - l'armée de défense d'Israël - et appelé le gouvernement israélien à ordonner l'arrêt immédiat des raids.

Une vingtaine de raids

Au total, mercredi, une vingtaine de raids israéliens a frappé différents points de la bande de Gaza, faisant au total six morts, dont Ahmad Jaabari, et 25 blessés, selon des sources médicales.

L'armée israélienne a indiqué avoir visé des «sites (de lancement) de roquettes de longue portée (plus de 40 kilomètres) opérés par le Hamas». Selon des journalistes de Reuters sur place, des avions israéliens ont mené plusieurs autres raids dans l'enclave palestinienne, visant notamment des postes de police du Hamas.

Selon des témoins palestiniens, des dizaines de chars israéliens étaient par stationnés à l'extérieur de la bande de Gaza, près de la barrière de sécurité entre Israël et le territoire palestinien.

Ces frappes interviennent au lendemain d'une journée d'accalmie, après trois jours d'affrontements pendant lesquels sept Palestiniens - quatre civils et trois combattants - avaient été tués et huit Israéliens - dont quatre soldats - blessés.

Jaabari déjà visé

Ahmad Jaabari, apparu en public le 18 octobre 2011 pour remettre le soldat israélien Gilad Shalit aux médiateurs égyptiens lors de son échange contre un millier de prisonniers palestiniens, était officiellement le lieutenant du chef des Brigades Ezzedine al- Qassam, Mohammad Deïf.

Connu à Gaza comme «le général», ou «le chef d'état-major», il est devenu en 2003, le chef exécutif de fait de la branche armée du Hamas à la suite d'un raid israélien au cours duquel Mohammad Deïf a été blessé.

Ahmad Jaabar n'avait pas été épargné par les tentatives d'assassinat israéliennes, dont un raid aérien en 2004 avait coûté la vie à son fils aîné, son frère et plusieurs de ses cousins. (ats/afp/nxp)

Créé: 14.11.2012, 16h20

Publicité

Sondage

Former les pêcheurs amateurs pour tuer proprement les poissons, est-ce une bonne idée?




Les salaires à plus d'un million des grands patrons sont-ils justifiés?

Oui, ils font aussi gagner des millions

 
21.0%

Non, c'est hors de proportion

 
76.1%

Je n'ai pas d'avis sur la question

 
2.9%

2713 votes au total

Sondage

Irez-vous voir les films primés au dernier Festival de Cannes?




Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons