ACCUEIL 25.11.2014 Mis à jour à 22h49

Le grounding des drones de livraison de gâteaux

Chine

Une pâtisserie de Shanghai a livré sa marchandise par voie aérienne. Mais la police est intervenue trouvant cette méthode dangereuse.

Par Laszlo Molnar. Mis à jour le 29.07.2013 1 Commentaire
Un drone en train de livrer un gâteau.

Un drone en train de livrer un gâteau.

Articles en relation

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Ce n’est pas de la tarte, de livrer des gâteaux à Shanghai. Du coup, pour éviter le trafic intense dans les rues de la ville la plus peuplée de Chine, une boulangerie de luxe a livré les siens par... drone pendant plusieurs jours. Mais la police est intervenue et a empêché la poursuite de l’expérience par mesure de sécurité. Les pâtisseries étaient embarquées sur des petits engins télécommandés d’un mètre de diamètre, mus par des hélices sur le modèle d’un hélicoptère. Chacun de ces appareils pouvait transporter un gâteau par trajet. Des caméras permettaient au «pilote» de diriger l’engin du sol en suivant son trajet sur un écran. Une des caméras était fixée en permanence sur la marchandise pour être certain qu’elle ne souffre pas. Ces friandises valent en effet leur pesant d’or. Elles coûtent au minimum 350 francs pièce.

«Notre idée a eu un impact marketing fantastique et il est écologique comparativement à une livraison par camionnette», a expliqué Men Ruifeng, responsable marketing d’Incake company au Shanghai Daily. Mais la police a mis un terme à l’expérience. «C’est dangereux, a estimé un porte-parole du contrôle aérien de Shanghai. Ces drones pèsent environ 10 kg et si l’un d’eux tombe de 100 mètres de haut, c’est l’altitude qu’il leur faut prendre pour éviter la forêt de gratte-ciel du centre-ville, il peut tuer quelqu’un.»

Mais l’aventure n’est pas définitivement enterrée. Les responsables de l’aviation civile chinoise ont promis d’étudier si des autorisations pouvaient être accordées pour ce type de transport. Ils ont rappelé que tous les appareils volants devaient avoir une licence. Or Incake n’a jamais fait de demande pour ses drones. (Le Matin)

Créé: 29.07.2013, 12h43

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

1 Commentaire

thierry farjon

29.07.2013, 14:25 Heures
Signaler un abus 0 Recommandation 2

Ah ces chinois! toujours la bonne idée là ou il faut...Ces drones sont fiables mais cher. quelle gain en co2! Mais c'est vrai qu'avec le vent, les turbulences, le risque de collision avec des oiseaux ou autres...en cas de chute il faudrait y mettre un parachute éjectable pour limiter les dégâts en cas de chute...Le côté non définitif du grounding est une preuve d'ouverture d'esprit! Répondre



Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons

Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne