ACCUEIL 23.11.2014 Mis à jour à 00h06

Le journaliste relâché annonce son retour en France

Guerilla des FARC

Libéré mercredi par la guérilla des FARC après un mois de captivité dans le sud de la Colombie, Roméo Langlois a estimé probable un retour en France dès jeudi.

Mis à jour le 31.05.2012 1 Commentaire
Roméo Langlois a été remis mercredi à une délégation du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) par la guérilla des FARC

Roméo Langlois a été remis mercredi à une délégation du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) par la guérilla des FARC
Image: AFP

Articles en relation

Partager & Commenter

«Il semble que ce soit demain (jeudi), a dit Roméo Langlois, interrogé par la radio colombienne Caracol sur la date de ses retrouvailles avec sa famille à Paris.

«Je vais voir si je peux négocier un jour de plus, mais je crois que cela va être difficile», a ajouté le journaliste, en route à bord d'un convoi humanitaire vers la localité de Florencia, capitale du département du Caqueta, d'où il a été transféré vers Bogota dans la soirée.

Correspondant de la chaîne France 24, Roméo Langlois, en poste en Colombie depuis une dizaine d'année, a été remis mercredi à une délégation du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) par la guérilla des FARC, qui l'avait initialement qualifié de «prisonnier de guerre».

Critique lancée

Le journaliste français avait été capturé le 28 avril lors de l'attaque d'une brigade de l'armée qu'il accompagnait pour filmer une opération anti-drogue, embuscade durant laquelle quatre militaires ont été tués.

«J'ai toujours fait profil bas ici pour pouvoir travailler, bouger partout, mais maintenant je me suis cramé», a-t-il aussi confié, assurant que cette expérience n'avait pas «changé sa perception du conflit colombien».

Roméo Langlois a enfin aussi «reproché» aux FARC de s'être livré à un «jeu politique» avant «toute considération humanitaire» et d'avoir «organisé un show» en le maintenant en captivité durant trente-trois jours.

Fondée en 1964, la guérilla des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) totalise encore 9200 combattants, repliés dans des régions de montagnes et de forêts. Elle s'était engagée en février à renoncer à la pratique des enlèvements contre rançon. (ats/Newsnet)

Créé: 31.05.2012, 06h49

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

1 Commentaire

alan bog

31.05.2012, 19:27 Heures
Signaler un abus

10 ans à étudier la farc, et leur reprocher "leur jeu politique" .......sans comms. Il devrait s'estimer heureux d'être relaché après un mois seulement. Merci Monsieur le président ! Répondre



Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne