Mercredi 7 décembre 2016 | Dernière mise à jour 21:04

Mexique Le pape exhorte à agir contre le trafic de drogue

François a demandé au gouvernement, mais aussi à ses évêques, de se saisir du problème, et non de se contenter de le dénoncer.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le pape a incité samedi les dirigeants mexicains à assurer «justice réelle et sécurité effective» et les évêques à lutter contre les «métastases» du trafic de drogues, au début de sa visite dans le deuxième pays le plus catholique du monde.

François, qui semblait en bonne forme, a été accueilli triomphalement samedi le long des avenues de Mexico, sur des kilomètres, par une foule joyeuse de centaines de milliers de Mexicains.

Dans la matinée, le pape a été reçu au Palais national par le président Enrique Pena Nieto, une première symbolique dans un pays fervent qui n'a cependant rétabli des relations diplomatiques avec le Vatican qu'en 1992, et possède une longue tradition laïque. Enrique Pena Nieto est du Parti révolutionnaire institutionnel, le parti qui dans le passé a été à l'origine de politiques très anticléricales.

«Votre visite transcende la rencontre entre deux Etats. C'est une rencontre entre une nation et sa foi. Votre Sainteté, le Mexique aime le pape François pour sa modestie, sa gentillesse et sa chaleur», a déclaré, très laudateur, le président.

Endiguer la violence

Le pape a appelé la classe politique rassemblée dans la cour intérieure du Palais présidentiel à apporter une «justice réelle» et une «sécurité effective» à la population, alors que le pays, en proie à une violence endémique, est endeuillé par une bataille entre deux clans rivaux qui a fait 49 morts dans la prison de Monterrey (nord-est).

Il l'a aussi poussée à abandonner ses privilèges. «Chaque fois que nous cherchons la voie des privilèges et des bénéfices pour quelques-uns, tôt ou tard, la vie de la société devient un terrain fertile pour la corruption, le trafic de drogue, l'exclusion des différentes cultures, la violence, le trafic d'êtres humains, les enlèvements et la mort».

Défendre la culture indigène

Jorge Bergoglio a aussi exalté «la culture métisse», «la biodiversité» et «la multiculturalité» du Mexique, des thèmes qui tiennent à coeur d'un pape défenseur de l'environnement et de la richesse des cultures indigènes.

Il a invité les évêques à ne pas se comporter en «princes» et à montrer un «courage prophétique» contre les «métastases» du trafic de drogues, au lieu de se contenter de «simples dénonciations».

Dans ce discours visiblement écrit de sa main, il leur a demandé de défendre les cultures indigènes menacées par l'oubli et d'assister les millions d'immigrés qui passent par le Mexique depuis le sud du continent pour rejoindre l'Eldorado américain.

Rogelio Cantu, un avocat de 57 ans sorti dans la rue pour apercevoir le souverain pontife, faisait écho aux dénonciations du pape: «Qu'il vienne mettre de l'ordre. Que le pape leur dise, aux gouvernants, qu'ils trouvent une solution une fois pour toute à la pauvreté, aux problèmes de migration, aux abus de pouvoir.»

Attendu à Notre Dame de Guadalupe

La visite du pape au Mexique a été demandée avec insistance par le gouvernement de Pena Nieto, fortement critiqué ces dernières années pour la situation des droits de l'Homme.

Le pape devait ensuite se rendre à la basilique de Notre Dame de Guadalupe, à 16 km, un moment essentiel de sa visite.

«C'est un grand dévot de la vierge et Guadalupe est non seulement une reine au Mexique mais aussi une impératrice en Amérique» estime Andrew Chesnut, professeur d'études religieuses à l'Université de Virginia Commonwealth, aux Etats-Unis.

Le Mexique condense actuellement des problématiques qui préoccupent le souverain pontife: une société inégale où la moitié de la population est pauvre, un pays livré à la violence du trafic de drogues et dans lequel des milliers de migrants vivent un calvaire en tentant de rejoindre les Etats-Unis.

Visite symbolique à la frontière

Dimanche, le souverain argentin visitera Ecatepec, une ville surpeuplée à la périphérie de la capitale où les violences ont augmenté dramatiquement, notamment contre les femmes.

Puis le pape François se rendra ensuite au Chiapas (sud), l'Etat le plus pauvre.

Le pape a réservé la dernière étape de son voyage à la ville frontalière de Ciudad Juarez. Il terminera ses cinq jours de visite par une très symbolique messe face à la ville frontière américaine d'El Paso.

(afp/nxp)

(Créé: 13.02.2016, 22h07)

Sondage

Seriez-vous tenté par un smartphone low cost à moins de 100 francs?



Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER
Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Les plus partagés Monde