ACCUEIL 2.10.2014 Mis à jour à 18h21

Le spectacle d'un Suisse sur les Pussy Riot stoppé par la police

Russie

Des responsables du service fédéral russe des migrations ont interrompu dimanche une pièce de théâtre du Bernois Milo Rau à Moscou sur le procès du groupe punk Pussy Riot.

Mis à jour le 03.03.2013 5 Commentaires
La pièce de théâtre mise en scène par le Suisse Milo Rau retrace le procès l’an dernier de trois membres du groupe Pussy Riot.

La pièce de théâtre mise en scène par le Suisse Milo Rau retrace le procès l’an dernier de trois membres du groupe Pussy Riot.
Image: Keystone

Articles en relation

Mots-clés

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Les autorités russes ont interrompu dimanche à Moscou par une descente de police le spectacle "Le procès moscovite" du régisseur bernois Milo Rau sur la liberté artistique. La parodie judiciaire traitait notamment du groupe punk des Pussy Riot, dont deux membres sont emprisonnées.

La pièce de théâtre, intitulée "Les procès de Moscou" et mise en scène par le Suisse Milo Rau, retrace le procès l’an dernier de trois membres du groupe, Nadejda Tolokonnikova, Maria Alekhina et Ekaterina Samoutsevitch. Cette dernière, la seule qui a vu sa peine commuée en sursis et qui a été libérée en octobre à l’issue du procès en appel, participe à ce projet au musée Sakharov à Moscou.

Selon le vice-directeur du service des migrations Sergueï Kalioujny, cité par l’agence de presse Ria Novosti, des agents de son service ont pénétré dans le musée afin de contrôler les papiers du metteur en scène.

"M. Rau a été averti de la nécessité de respecter les règles de migration", a-t-il déclaré, ajoutant que son visa ne lui permettait pas de travailler en Russie. De leur côté, des membres du musée Sakharov ont dénoncé une "tentative visant à interrompre la pièce", étant donné que la scène s’est produite en plein milieu du spectacle.

"Ils (y) sont parvenus pendant deux heures", a déclaré une porte-parole du musée, Elena Kaloujskaïa, qui a précisé qu’une équipe de télévision accompagnait les membres du service des migrations. Le directeur du musée Sakharov a quant à lui été interrogé dans son bureau, a-t-elle précisé.

Plus tard, la pièce a de nouveau été interrompue, cette fois par des militants orthodoxes et des cosaques qui s’étaient réunis devant le musée. La police a été appelée. "Le centre Sakharov est encerclé par des personnes en uniforme de cosaque et par la police qui semble maintenir l’ordre", a écrit un employé du centre, Mikhaïl Kaloujski, sur sa page Facebook, ajoutant que cinq cosaques avaient été invités à assister à la pièce pour leur montrer qu’elle n’était pas antireligieuse.

Une journaliste de l’AFP a en outre noté la présence près du musée d’un camion avec à son bord des membres de la police antiémeutes. Trois jeunes femmes du groupe Pussy Riot ont été condamnées en août à deux ans de camp pour "hooliganisme" et "incitation à la haine religieuse" après avoir chanté une prière contre Vladimir Poutine dans une cathédrale de Moscou. (afp/Newsnet)

Créé: 03.03.2013, 18h16

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

5 Commentaires

Georges Alexandre

04.03.2013, 14:34 Heures
Signaler un abus 5 Recommandation 1

Coïncidence, l'une des membres des Pussy Riot est actuellement à Genève à l'occasion Festival International du Film sur les Droits Humains. Elle a donné des interviews qui paraissent aujourd'hui dans La Tribune de Genève et dans Libération. Aux dernières nouvelles, elle n'a pas été interpelée pas les autorités suisses. :) ;) :) Répondre


Melissa Bruni

04.03.2013, 10:11 Heures
Signaler un abus 6 Recommandation 4

C'était qui les sponsors de Milo Rau qui lui ont permis de monter son spectacle? Ses copains banquiers ou assureurs? Ceux qui font la morale avant de rentrer en Suisse avec une petite valise )) Je trouve fascinant ces Suisses qui viennent apporter la civilisation dans les pays qu'ils visitent. C'est vrai que les Russes ils sont pas capables de se faire une opinion tout seuls sur les Pussy Riots )) Répondre