Mardi 6 décembre 2016 | Dernière mise à jour 22:04

Russie Le spectacle d'un Suisse sur les Pussy Riot stoppé par la police

Des responsables du service fédéral russe des migrations ont interrompu dimanche une pièce de théâtre du Bernois Milo Rau à Moscou sur le procès du groupe punk Pussy Riot.

La pièce de théâtre mise en scène par le Suisse Milo Rau retrace le procès l’an dernier de trois membres du groupe Pussy Riot.

La pièce de théâtre mise en scène par le Suisse Milo Rau retrace le procès l’an dernier de trois membres du groupe Pussy Riot. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les autorités russes ont interrompu dimanche à Moscou par une descente de police le spectacle "Le procès moscovite" du régisseur bernois Milo Rau sur la liberté artistique. La parodie judiciaire traitait notamment du groupe punk des Pussy Riot, dont deux membres sont emprisonnées.

La pièce de théâtre, intitulée "Les procès de Moscou" et mise en scène par le Suisse Milo Rau, retrace le procès l’an dernier de trois membres du groupe, Nadejda Tolokonnikova, Maria Alekhina et Ekaterina Samoutsevitch. Cette dernière, la seule qui a vu sa peine commuée en sursis et qui a été libérée en octobre à l’issue du procès en appel, participe à ce projet au musée Sakharov à Moscou.

Selon le vice-directeur du service des migrations Sergueï Kalioujny, cité par l’agence de presse Ria Novosti, des agents de son service ont pénétré dans le musée afin de contrôler les papiers du metteur en scène.

"M. Rau a été averti de la nécessité de respecter les règles de migration", a-t-il déclaré, ajoutant que son visa ne lui permettait pas de travailler en Russie. De leur côté, des membres du musée Sakharov ont dénoncé une "tentative visant à interrompre la pièce", étant donné que la scène s’est produite en plein milieu du spectacle.

"Ils (y) sont parvenus pendant deux heures", a déclaré une porte-parole du musée, Elena Kaloujskaïa, qui a précisé qu’une équipe de télévision accompagnait les membres du service des migrations. Le directeur du musée Sakharov a quant à lui été interrogé dans son bureau, a-t-elle précisé.

Plus tard, la pièce a de nouveau été interrompue, cette fois par des militants orthodoxes et des cosaques qui s’étaient réunis devant le musée. La police a été appelée. "Le centre Sakharov est encerclé par des personnes en uniforme de cosaque et par la police qui semble maintenir l’ordre", a écrit un employé du centre, Mikhaïl Kaloujski, sur sa page Facebook, ajoutant que cinq cosaques avaient été invités à assister à la pièce pour leur montrer qu’elle n’était pas antireligieuse.

Une journaliste de l’AFP a en outre noté la présence près du musée d’un camion avec à son bord des membres de la police antiémeutes. Trois jeunes femmes du groupe Pussy Riot ont été condamnées en août à deux ans de camp pour "hooliganisme" et "incitation à la haine religieuse" après avoir chanté une prière contre Vladimir Poutine dans une cathédrale de Moscou. (afp/nxp)

(Créé: 03.03.2013, 18h16)

Sondage

Manuel Valls a-t-il une chance de devenir président?



Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.