ACCUEIL 29.11.2014 Mis à jour à 10h30

Les Farc annoncent la capture du journaliste français

Colombie

La guérilla colombienne des Farc a émis un message annonçant la capture du journaliste français Roméo Langlois de France 24, qui a été "authentifié.

Mis à jour le 02.05.2012 2 Commentaires

Image: ARCHIVES/AFP

Articles en relation

Partager & Commenter

Le général Javier Rey, commandant de l'armée de l'air colombienne, a authentifié le message de la guérilla colombienne.

"Ces terroristes ont envoyé à des radios locales un message qui a été authentifié. Dans ce message, ils reconnaissent qu'ils détiennent Roméo", a déclaré Javier Rey à Florencia, capitale du département de Caqueta (sud) où le journaliste a disparu samedi au cours d'une attaque de la guérilla marxiste.

Les autorités colombiennes recherchent depuis cinq jours la trace du journaliste, âgé de 35 ans, dans cette région située à la lisière de la forêt amazonienne.

«Prisonnier de guerre»

Le message est signé par l'"Etat-major du Front 15" des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc), une unité régionale composée de près de 300 rebelles et qui bénéficie aussi du soutien actif de quelque 2000 civils acquis à la cause des Farc, selon Javier Rey.

"Le Front 15 informe l'opinion publique que le journaliste français Roméo Langlois, portant un uniforme militaire, a été capturé en plein combat. Il est entre nos mains, c'est un prisonnier de guerre", est-il écrit dans le message transmis par le responsable de l'armée.

La guérilla précise que Roméo Langlois est "légèrement blessé à un bras et a reçu des soins médicaux", affirmant qu'il est "hors de danger", une version contestée par le général colombien.

"Dans cette forêt humide, une blessure comme celle-là peut s'infecter. Il doit être immédiatement transporté dans un poste médical", a réagi Javier Rey, qui a également nié que le journaliste ait porté un uniforme.

"Nous lui avions donné un gilet pare-balles et un casque qu'il a laissés au moment de se rendre", a-t-il souligné, rappelant que le correspondant de France 24 "n'est pas un militaire, mais un journaliste qui faisait son métier".

"A ce titre, il est protégé, en tant que civil, par la convention internationale de Genève", a ajouté le responsable de l'armée.

(afp/Newsnet)

Créé: 02.05.2012, 21h36

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

2 Commentaires

alan bog

03.05.2012, 01:07 Heures
Signaler un abus

C'est toujours le même problème en colombie, on ne sait jamais qui est qui et qui fait quoi, alors pour savoir la vérité sur sa réèle condition actuèle...courage à lui et sa famille. Répondre


AMIEN amien

03.05.2012, 06:47 Heures
Signaler un abus

Ca m'etonnerait fortement qu'il recoive la meme "aide diplomatique" qu'Ingrid Bettancourt, avec les milliards qu'ont verse la famille Betancourt pour la campagne de Sarkozy, il n'y avait aucun doute sur l'issue de sa liberation. Sans compter le fait qu'elle avait le don d'obtenair moultes faveurs des ses ravisseurs, au detriment des autres prisonniers... Répondre



Sondage

Sarkozy à la tête de l'UMP, un bon tremplin pour les présidentielles?




Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons
Super héros, Louis Vuitton, fleuri, à poids... Les meilleurs du web!