ACCUEIL 29.6.2016 Mis à jour à 05h15

Les Tchèques pourraient suivre, en cas de Brexit

Union européenne

Rester ou non dans l'UE: cette question sera posée aux Britanniques en juin. Mais leur réponse aura des répercussions en République tchèque.

Mis à jour le 23.02.2016 14 Commentaires
Bohuslav Sobotka promet un débat dans les années à venir sur l'éventuel retrait de son pays de l'Union européenne.

Bohuslav Sobotka promet un débat dans les années à venir sur l'éventuel retrait de son pays de l'Union européenne.
Image: AFP

Articles en relation

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Si la Grande-Bretagne quitte l'Union européenne (UE) au terme du référendum prévu le 23 juin, un débat sur un Czexit (par analogie au Brexit) est à prévoir aussi en République tchèque, a averti mardi le Premier ministre Bohuslav Sobotka.

«Si la Grande-Bretagne quitte l'UE, un débat sur le retrait de la République tchèque sera à attendre dans quelques années», a déclaré Bohuslav Sobotka à l'agence tchèque CTK. «L'impact risque d'être vraiment énorme», a-t-il souligné, avant de mettre en garde notamment contre des conséquences d'ordre économique et sécuritaire d'un éventuel retrait de son pays de l'UE.

Sous l'influence de Moscou

Selon Bohuslav Sobotka, la République tchèque risquerait de se retrouver ainsi dans la «sphère d'influence» de la Russie. «Il s'agirait là d'une négation absolue de l'évolution depuis 1989,» date de la chute du régime communiste à Prague, a-t-il lancé.

Après la partition de la Tchécoslovaquie en 1993, la République tchèque a rejoint l'Otan en 1999, et la Slovaquie l'a suivie en 2004, avec l'adhésion des deux pays à l'UE.

Dans un sondage effectué en octobre dernier par l'institut STEM, trois Tchèques sur cinq se disaient mécontents de l'appartenance de leur pays à l'UE.

Le sentiment anti-européen, alimenté notamment par l'ancien président eurosceptique Vaclav Klaus, chef de l'Etat de 2003 à 2013, est actuellement lié surtout à la crise migratoire, selon STEM.

Le président tchèque de gauche, Milos Zeman, réclame lui aussi haut et fort un coup de frein à la vague de réfugiés arrivant en Europe. Il a même participé l'année dernière à un rassemblement contre les migrants organisé par le mouvement xénophobe Bloc contre l'islam.

(afp/nxp)

Créé: 23.02.2016, 17h00

14

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Publicité

14 Commentaires

marc laurent

23.02.2016, 22:44 Heures

Cette Europe est tout sauf l'europe des EUROPEENS ,mais seule l'europe des banksters et des politiciens à leur solde . Répondre


Ivan Rosset

23.02.2016, 17:35 Heures

Pourtant elle est si parfaite cette Europe, équitable, totalement démocratique et tellement respectueuses des personnes y vivant lol. Sur qu'à Bruxelles ils ne changeront rien, ils sont bien trop fière pour admettre leurs erreurs. Répondre



Sondage

Faire ses courses sans supermarché, cela vous tente?




Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons

Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne