Mercredi 24 août 2016 | Dernière mise à jour 08:07

Maghreb Les Tunisiens célèbrent l'anniversaire de la Révolution

Des milliers de Tunisiens sont descendus dans la rue jeudi pour marquer le cinquième anniversaire de la chute du dictateur Zine El Abidine Ben Ali.

Des milliers de Tunisiens sont descendus dans la rue jeudi.

Des milliers de Tunisiens sont descendus dans la rue jeudi. Image: AFP

Galerie photo

L'impact économique du Printemps arabe

L'impact économique du Printemps arabe Les révoltes, révolutions et guerres civiles dans les pays du Maghreb et du Moyen-Orient auraient coûté 800 milliards de dollars selon la banque HSBC.

Ben Ali, un exilé très discret en Arabie saoudite

Cinq ans après avoir été chassé du pouvoir, l'ex-président tunisien Zine El Abidine Ben Ali, condamné à la prison à vie dans son pays, vit en exil en toute discrétion en Arabie saoudite. Le 14 janvier 2011, après un mois de manifestations violemment réprimées, le dictateur embarque à destination de Jeddah, sur les rives de la mer Rouge. Il est accompagné de sa seconde épouse Leila Trabelsi -l'une des personnalités les plus honnies de Tunisie-, leur fille Halima et leur fils Mohamed Zine El Abidine.

Leur fille Nesrine part quant à elle avec son époux, l'homme d'affaires Sakher El Materi, au Qatar avant d'aller s'installer en exil aux Seychelles.

Du refuge saoudien de M. Ben Ali, presque rien ne filtre.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Des milliers de Tunisiens ont marqué jeudi le cinquième anniversaire de la chute du dictateur Zine El Abidine Ben Ali à la faveur d'un soulèvement populaire sans précédent. Un anniversaire marqué avec fierté, malgré la morosité ambiante.

Le 14 janvier 2011, après un mois de manifestations réprimées dans le sang, l'homme qui tenait la Tunisie d'une main de fer depuis 23 ans prenait la fuite vers l'Arabie saoudite à la surprise générale, provoquant une onde de choc dans le monde arabe.

Le matin même, des manifestants avaient bravé la peur pour crier «Dégage» au dictateur sur l'avenue Bourguiba, non loin du ministère de l'Intérieur. C'est cette avenue symbolique qu'une foule aux revendications diverses a arpentée jeudi dans une ambiance largement festive mais en groupes séparés.

Sous haute surveillance

En famille ou entre amis, beaucoup ont agité des drapeaux tunisiens sous l'oeil des nombreux policiers déployés, le pays étant devenu une cible majeure des djihadistes.

Une cérémonie en présence de quelques centaines d'invités s'est également tenue au palais présidentiel de Carthage, dans la banlieue de Tunis.

«A moi personnellement, la révolution n'a rien apporté: les prix ont augmenté, beaucoup de jeunes restent marginalisés. Mais je suis quand même descendue en signe de célébration parce que la révolution nous a apporté un peu de démocratie et c'est important», a déclaré à l'AFP Latifa, une couturière de 40 ans.

Plusieurs formations politiques comme le Front populaire, une coalition de gauche, et les islamistes radicaux de Hizb ut Tahrir ont manifesté. Le parti islamiste Ennahda a organisé un concert.

Emplois et justice

Des diplômés chômeurs ont saisi l'occasion pour réclamer des emplois, alors que des blessés de la «Révolution du jasmin» et des proches de victimes ont scandé «Fidèles au sang des martyrs». «Il faut que justice soit rendue aux martyrs. Il faut que les responsables de leur mort rendent des comptes», a dit Latifa Ayari, 67 ans.

Une poignée de manifestants a aussi défilé en arborant un drapeau arc-en-ciel pour réclamer la dépénalisation de l'homosexualité.

Cinq ans après la chute de Ben Ali, les Tunisiens peuvent s'exprimer librement, l'un des principaux acquis de la révolution. Cet anniversaire est toutefois assombri par une situation morose, le chômage, la pauvreté et l'exclusion sociale restant prégnants.

Ces maux avaient largement motivé la révolution déclenchée par l'immolation d'un vendeur ambulant, Mohamed Bouazizi, le 17 décembre 2010 à Sidi Bouzid (centre-ouest).

Bilan mitigé

Depuis 2011, le pays a été plusieurs fois frappé par de sanglants attentats et vit aujourd'hui sous état d'urgence. Des dizaines de policiers, de militaires et de touristes étrangers ont été tués ces dernières années.

«Le bilan de la révolution de la liberté, de la dignité et du droit au travail reste globalement mitigé», a estimé Le Quotidien. Dans un communiqué, Amnesty International s'est inquiétée du retour d'une «répression brutale», dans le cadre notamment de la lutte antiterroriste. L'ONG a dénoncé l'existence de décès suspects en garde à vue ou encore l'absence de réformes profondes.

«Quoi qu'il en soit, nous marquons aujourd'hui un événement fondateur pour (...) l'avenir de la Tunisie», a jugé le quotidien Al Maghreb.

«Exception tunisienne»

Le pays fait figure de rescapé face à la tourmente dans laquelle sont plongés les autres pays du Printemps arabe, comme la Syrie déchirée par la guerre et la Libye en plein chaos.

«Nous sommes fiers de l'exception tunisienne qui a ébloui le monde. La Tunisie a rompu sans retour possible avec l'autoritarisme et la tyrannie», a affirmé le Premier ministre Habib Essid dans un communiqué.

«Nous travaillons ensemble pour concrétiser les diverses demandes de la révolution, en particulier la garantie d'une vie digne pour tous», a-t-il ajouté, tout en précisant que «remporter la guerre contre le terrorisme restait une condition essentielle» pour pouvoir se consacrer au développement. (ats/nxp)

(Créé: 14.01.2016, 15h32)

Sondage

Les robots facteurs de La Poste sont-ils une bonne solution?




Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.