ACCUEIL 29.6.2016 Mis à jour à 22h29

Les «hotspots» bientôt opérationnels en Grèce

Crise migratoire

La Grèce va «formellement ouvrir d'ici mercredi» quatre des cinq centres d'enregistrement et de sélection des réfugiés et migrants promis à l'UE.

Mis à jour le 15.02.2016 1 Commentaire

1/96 Une embarcation bascule dans la mer au large des côtes libyennes. Le cliché a été pris par les gardes-côtes italiens. (Dimanche 29 mai 2016)
Image: Marina Militare/Reuters

   

Articles en relation

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Les «hotspots» devraient donc être opérationnels avant le sommet européen agendé en fin de semaine à Bruxelles.

L'ouverture de ces centres était d'abord prévue pour l'automne puis a été successivement ajournée jusqu'à mi-février. Ils vont «formellement ouvrir» sur les îles égéennes de Lesbos, Chios, Leros et Samos, premières étapes en Europe, en face des côtes turques, des flux migratoires actuels, a dit une source gouvernementale à l'AFP.

Le dernier des centres que la Grèce s'est engagée à ouvrir, à Kos, «sera mis en place un peu plus tard», selon la même source. Ce report s'explique en raison des retards pris dans sa construction du fait de l'opposition de la mairie locale et des habitants qui dénoncent une menace pour l'industrie touristique locale.

Le ministre grec de la Défense, Panos Kammenos, doit donner une conférence de presse mardi matin pour faire le point sur la mise en place de ces installations, a indiqué lundi son service de presse.

Trois jours maximum

Chacun de ces centres, des camps de préfabriqués, doit pouvoir accueillir un millier d'arrivants pour 72 heures, le temps qu'ils soient enregistrés, que leurs empreintes digitales soient prises, que l'éventuelle présence de djihadistes soit décelée, et qu'une sélection entre les candidats «éligibles à l'asile» et les migrants voués aux renvois soit opérée.

Le premier ministre grec Alexis Tsipras rendra compte de cette avancée lors du sommet européen jeudi à Bruxelles. La Grèce est sommée par ses partenaires d'en faire plus pour contrôler l'afflux sur son sol de centaines de milliers de migrants et de réfugiés.

Si elle a reconnu des retards dans l'ouverture de ces centres, avant d'appeler l'armée en renfort pour accélérer leur mise en place, la Grèce affirme toutefois depuis des semaines que le travail de fichage et de tri y est déjà mené. Ceci avec l'aide des employés de l'Agence européenne de surveillance des frontières (Frontex). Près de 400 d'entre eux ont été déployés dans le pays. (ats/nxp)

Créé: 15.02.2016, 12h50

1

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Publicité

1 Commentaire

François Pittet

15.02.2016, 15:46 Heures

Ca ne fera qu'accélérer le flux de migrants. Ils sont censés faire le tri entre ceux qui ont droit à l'asile et ceux qui doivent êtres renvoyés mais personne n'est jamais renvoyé ! Les déboutés deviennent simplement des clandestins et continuent leur voyage dans l'UE et en vertu de l'aide d'urgence il faut quand même loger et donner de l'argent pour vivre à ceux qu'on aurait dû renvoyer ! Répondre



Sondage

Faire ses courses sans supermarché, cela vous tente?




Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne