Samedi 3 décembre 2016 | Dernière mise à jour 16:11

Procès Les psychiatres se déchirent sur le cas Breivik

Anders Behring Breivik serait responsable de ses actes, qui ont fait 77 morts en juillet dernier. S'opposant à ses confrères, un nouveau psychiatre le considère comme sain d'esprit.

La principale ligne de fracture entre experts réside dans l’interprétation des vues extrêmes d'Anders Behring Breivik.

La principale ligne de fracture entre experts réside dans l’interprétation des vues extrêmes d'Anders Behring Breivik. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Deux experts-psychiatres officiels ont réaffirmé lundi qu’Anders Behring Breivik pouvait à leurs yeux être tenu pour pénalement responsable des attaques du 22 juillet 2011 en Norvège contrairement aux conclusions de deux de leurs confrères.

"Nous ne trouvons aucun signe indiquant que (Breivik) ait eu des symptômes psychotiques avant, pendant et après" le massacre qui avait fait 77 morts, a déclaré à la barre Agnar Aspaas chargé, avec Terje Toerrissen, de se prononcer sur la santé mentale de l’extrémiste de droite.

"Il est très peu probable qu’il souffre d’une maladie tombant sous le coup de la psychiatrie médico-légale", a-t-il ajouté.

Cette conclusion, déjà rendue début avril, mais confortée par plus de neuf semaines d’observation de l’accusé pendant le procès, prend le contrepied d’une première expertise qui a conclu que Breivik était psychotique, souffrant de "schizophrénie paranoïde", et qu’il était donc pénalement irresponsable.

La principale ligne de fracture entre experts réside dans l’interprétation des vues extrêmes de l’accusé : les premiers psychiatres y voyaient des "idées délirantes" symptomatiques d’une schizophrénie, les seconds l’expression d’une idéologie radicale minoritaire.

Pour MM. Aspaas et Toerrissen, l’extrémiste de 33 ans est "narcissique" et "antisocial", voire "paranoïaque", mais ces troubles de la personnalité ne sont pas de nature à lui éviter la prison.

Le 22 juillet, il avait ouvert le feu sur de jeunes travaillistes réunis en camp d’été sur Utoeya, faisant 69 morts, des adolescents pour la plupart. Juste auparavant, il avait fait exploser une bombe près du siège du gouvernement à Oslo, tuant huit autres personnes. Sa santé mentale est au coeur du procès qui s’achèvera vendredi.

En présence de deux rapports aux conclusions contradictoires, il reviendra aux juges de trancher la question de la responsabilité pénale de Breivik dans leur verdict attendu le 20 juillet ou le 24 août.

S’il est reconnu pénalement irresponsable, Breivik risque l’internement psychiatrique, potentiellement à vie. Responsable, il encourt 21 ans de prison, une peine qui pourrait être prolongée aussi longtemps qu’il sera jugé dangereux. (afp/nxp)

(Créé: 18.06.2012, 18h05)

Sondage

Avec le retrait de François Hollande, la gauche peut-elle conserver la présidence de la France?



S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER
Choisissez vos newsletters

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.