Mardi 23 août 2016 | Dernière mise à jour 22:30

Après présidentielle Maître Sarkozy va remplacer Monsieur le Président

Le président Sarkozy va tirer sa révérence et Maître Sarkozy lui succéder: le chef de l'Etat sortant, qui transmettra ses pouvoirs le 15 mai à François Hollande, devrait rapidement redevenir avocat.

Nicolas Sarkozy devrait rapidement se réinscrire au barreau de Paris.

Nicolas Sarkozy devrait rapidement se réinscrire au barreau de Paris. Image: ap/Keystone

Dossiers

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Toujours propriétaire de parts dans le cabinet d'affaires de son associé, Arnaud Claude, Nicolas Sarkozy devrait rapidement se réinscrire au barreau de Paris, selon Franck Louvrier, son conseiller en communication et l'un de ses plus anciens collaborateurs.

Nicolas Sarkozy était devenu avocat après des études de droit, il y a plus de trente ans, mais avait dû «s'omettre» du barreau en devenant ministre, les fonctions de membre du gouvernement, tout comme celle de président de la République, étant incompatibles avec le métier d'avocat.

Auparavant, il ira «se reposer en famille», selon Franck Louvrier, probablement au Cap Nègre dans la propriété familiale de son épouse Carla Bruni-Sarkozy.

Comme tous les autres anciens présidents, il devrait aussi pouvoir siéger au Conseil constitutionnel, sauf si le président Hollande supprimait cette tradition, comme il l'a évoqué pendant sa campagne.

«Plus jamais candidat aux mêmes fonctions»

Ces projets semblent sonner le glas d'une carrière politique très dense, Nicolas Sarkozy ayant été successivement maire, député, ministre puis président.

Sur ce sujet, Nicolas Sarkozy a été à la fois clair et ambiguë. Clair quand, dimanche soir à l'Elysée, il affirme à ses proches qu'il ne serait «plus jamais candidat aux mêmes fonctions», selon la formule rapportée par l'un d'entre eux.

A plusieurs reprises, il avait dit à la presse qu'il abandonnerait la politique en cas d'échec. «Vous n'entendrez plus jamais parler de moi», avait-il même assuré à des journalistes, à Cayenne, en janvier.

Mais ambiguë aussi lorsqu'il s'adresse une heure plus tard aux Français, lors d'une intervention télévisée, à la Mutualité.

«Après 35 ans de mandats politiques» et «après cinq ans à la tête de l'Etat, mon engagement dans la vie de mon pays sera désormais différent», affirme-t-il alors.

«Une autre époque s'ouvre...»

«Je m'apprête à redevenir un Français parmi les Français (...) ma place ne pourra plus être la même», poursuit-il, ajoutant: «Une autre époque s'ouvre. Dans cette nouvelle époque, je resterai l'un des vôtres».

Une déclaration floue qui a alimenté le doute sur ses intentions. Fin de partie ou non? Ses partisans se perdent en conjectures.

Après tout, disent certains, la défaite est honorable, «ce n'est pas la catastrophe annoncée par les sondages», remarque un proche qui observe qu'il aurait fallu «500'000 voix, sur 45 millions d'électeurs, pour faire pencher la balance de l'autre côté».

Informations confirmées

En fait, la disparition du «jamais» de la première version de l'allocution de la Mutualité, écrite de conserve par Nicolas Sarkozy et Henri Guaino, son conseiller spécial, est intervenue dimanche entre 18h et 19h, sur recommandation expresse de Patrick Buisson, l'influent conseiller officieux qui a poussé Nicolas Sarkozy à faire une campagne «droitière», et Alain Juppé, aux influences plus «centrées».

Ces deux-là ne sont généralement pas tout à fait sur la même longueur d'onde mais «c'est précisément leur identité de vue qui a impressionné Nicolas Sarkozy», rapporte un proche, confirmant ainsi des informations à paraître dans Le Canard Enchaîné mercredi.

«Dans le texte de Guaino, Sarkozy disait explicitement qu'il ne reviendrait jamais en politique», rapporte une autre source, mais «le texte a été retoqué par Buisson et Juppé.

La vie étant pleine d'imprévus, surtout la vie politique, ces derniers lui ont donc conseillé de »ne pas injurier l'avenir«. (afp/nxp)

(Créé: 08.05.2012, 20h09)

Sondage

Est-il normal de loger des requérants dans des abris de la protection civile?




Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.