ACCUEIL 27.6.2016 Mis à jour à 13h05

Manifestation contre le gouvernement à Pristina

Kosovo

Alors que le pays célèbre le huitième anniversaire de son indépendance, les opposants au gouvernement se font entendre.

Mis à jour le 17.02.2016 2 Commentaires
Les drapeaux albanais étaient présents en masse, mercredi.

Les drapeaux albanais étaient présents en masse, mercredi.
Image: Keystone

Articles en relation

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Au moins 15'000 personnes, selon la police, ont manifesté sans incident mercredi dans le centre de Pristina à l'appel de l'opposition kosovare, le jour du huitième anniversaire de l'indépendance de cette ex-province serbe, pour exiger la démission d'un pouvoir jugé corrompu. Cette manifestation a duré deux heures et faisait suite à des cérémonies officielles, dont un défilé militaire, organisées par le pouvoir dans le centre de Pristina paré de drapeaux kosovars.

«Nous voulons écarter (le Premier ministre) Isa Mustafa et ses compagnons. C'est pour cela que nous nous sommes réunis», a déclaré aux manifestants Visar Ymeri, un des leaders du principal mouvement d'opposition Vetëvendosje (Autodétermination).

«Nous disons +non+ à ce gouvernement. L'alternative pour assurer le progrès c'est nous», a-t-il ajouté, qualifiant les membres du gouvernement de «criminels» et de «voleurs».

Drapeaux albanais

Les manifestants brandissaient des centaines de drapeaux albanais rouge et noir plutôt que ceux du Kosovo indépendant bleu et jaune, ainsi que des pancartes appelant à la démission de Isa Mustafa et de l'ancien chef du gouvernement et actuel ministre des Affaires étrangères Hashim Thaçi.

«Le Kosovo est dirigé par un gouvernement corrompu qui ne tient compte que de ses propres intérêts et est prêt à signer les pires accord pour seul but de se maintenir en exercice», a déclaré à l'AFP à l'approche de la manifestation Bedri Hamiti, 27 ans, sans emploi.

Accord contesté

L'opposition kosovare proteste depuis octobre contre un accord de normalisation des relations avec la Serbie conclu en 2013 sous la houlette de l'Union européenne.

Depuis, M. Kurti et ses collègues élus de l'opposition ont multiplié les interruptions de séances parlementaires en lançant du gaz lacrymogène dans l'hémicycle, paralysant de fait ses travaux alors que, parallèlement des violences se déroulaient dans les rues de la capitale kosovare.

Appel au calme

La présidente du Kosovo Atifete Jahjaga a appelé mercredi «à manifester dans la dignité et dans le calme» en faisant preuve de «maturité politique».

Début janvier, une trentaine de personnes ont été blessées et 34 manifestants interpellés, lors d'une manifestation à Pristina de l'opposition kosovare qui exige la démission du gouvernement et l'abandon de cet accord.

Cet accord exigé par Bruxelles - qui a permis à Pristina et Belgrade de faire des progrès dans le rapprochement avec l'UE -, vise à la normalisation des relations entre la Serbie et le Kosovo, ancien territoire serbe majoritairement peuplé d'Albanais qui a unilatéralement proclamé son indépendance en 2008.

Indépendance pas reconnue

L'accord prévoit notamment la création d'une association des municipalités serbes, considérée comme cruciale par Belgrade, afin d'améliorer les droits de la minorité serbe du Kosovo. Mais, selon ses détracteurs, il permettra à la Serbie d'avoir une mainmise sur les municipalités concernées.

La Serbie n'a pas reconnu l'indépendance du Kosovo qu'elle considère toujours comme l'une de ses provinces. (afp/nxp)

Créé: 17.02.2016, 15h05

2

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Publicité

2 Commentaires

Jean-François Chappuis

17.02.2016, 17:57 Heures

Il faut être réaliste, cette région ne peut pas rentrer dans l'UE, la corruption et les combines de toutes sortes sont monnaies courantes. Ceux qui ont voulu qu'elle soit indépendante étaient des inconscients que l'ont devraient condamnés pour tromperie sur la réalité sur place ainsi que les pays qui ont reconnu sont indépendance. Surtout à ne pas rattacher à l'UE mais au proche orient...! Répondre



Sondage

Après l'affaire du petit Paul, faut-il introduire un contrôle des jeux vidéo en ligne?