ACCUEIL 18.12.2014 Mis à jour à 21h09

Merkel recevra Hollande, sous pression de la crise grecque

Rencontre

En pleine actualité de la crise économique et sous pression François Hollande fera sa première visite officielle mardi en Allemagne, le jour même de son investiture.

Mis à jour le 14.05.2012 14 Commentaires
Une première rencontre en Allemagne pour «faire connaissance».

Une première rencontre en Allemagne pour «faire connaissance».
Image: AFP

Articles en relation

Partager & Commenter

La chancelière allemande Angela Merkel, affaiblie électoralement, reçoit pour la première fois mardi le nouveau président français François Hollande, critique de sa politique d’austérité en Europe.

Aucune décision majeure n’est attendue de cette rencontre en début de soirée à la chancellerie à Berlin, le jour même de l’investiture de François Hollande. Il s’agira de "faire connaissance", selon la chancelière.

Angela Merkel avait refusé de rencontrer le candidat socialiste, soutenant ostensiblement son rival, Nicolas Sarkozy, conservateur comme elle.

«A bras ouverts»

Depuis, elle a promis de le recevoir "à bras ouverts". Samedi, dans son videopodcast hebdomadaire, elle a fait le service minimum, disant croire à "un partenariat stable" car entre la France et l’Allemagne, il ne peut en être autrement.

Malgré la "défaite douloureuse et amère" de son parti CDU lors d’un scrutin régional dimanche en Rhénanie du Nord-Westphalie (nord-ouest), Angela Merkel a assuré que sa politique européenne, prônant l’austérité, n’était pas affectée.

Principale pomme de discorde entre les deux dirigeants: le pacte européen de discipline budgétaire, adopté en mars par 25 des 27 pays de l’UE et déjà ratifié par plusieurs pays, pour faire face à la crise de la dette en zone euro.

Avant d’être élu, François Hollande avait annoncé vouloir rouvrir les négociations sur le traité pour y ajouter des mesures de croissance, ce à quoi Angela Merkel s’oppose fermement.

«Compromis» possible

Samedi, Pierre Moscovici, qui a été directeur de campagne de François Hollande et devrait jouer un rôle de premier plan dans son futur gouvernement, s’est dit confiant dans le "compromis" avec l’Allemagne. Mais dimanche, le porte-parole du Parti socialiste français, Benoît Hamon, a remis de l’huile sur le feu, appelant Angela Merkel à "comprendre" qu’elle ne pouvait "décider seule du sort de l’Europe".

Les positions pourraient néanmoins être plus proches qu’il ne semble. Lundi, le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, a assuré que croissance et assainissement budgétaire n’étaient pas contradictoires, esquissant quelques pistes sur la manière de les réconcilier.

Une croissance "forte et assise sur une base solide" n’est "en aucun cas contradictoire avec l’assainissement budgétaire, trop longtemps repoussé, que les gouvernements européens poursuivent désormais avec ténacité. Au contraire, ils se renforcent mutuellement", a-t-il fait valoir.

Il reste que François Hollande et Angela Merkel n’entendent pas la même chose par le mot "croissance". Pour le président français, la relance de la croissance passe surtout par le financement de grands projets, tandis que pour la chancelière, elle repose avant tout sur des mesures structurelles, portant notamment sur des réformes du marché du travail, de l’éducation et la réduction de la bureaucratie.

«La nouvelle chance de Merkel»

Néanmoins, devant l’acuité de la crise de la monnaie unique, "Merkel et Hollande sont sous pression pour s’entendre", remarque Martin Koopmann, directeur de la Fondation Genshagen, près de Berlin.

La Grèce, talon d’achille de la zone euro, est en pleine crise politique et la France, qui s’est vu retirer son triple A en janvier par une agence de notation, est observée de près par les marchés financiers.

Lundi, le quotidien de centre-gauche Süddeutsche Zeitung estimait que François Hollande était "la nouvelle chance de Merkel". Il notait en effet que tous deux représentent les deux grandes familles politiques de l’UE, la droite et la gauche, contrairement à l’ancien couple libéral-conservateur "Merkozy".

"S’ils trouvent des compromis en politique économique et financière, ils sont à peine attaquables sur leur politique européenne (...) Cela les renforce tous deux sur le plan intérieur vis-à-vis de leur opposition respective". (afp/Newsnet)

Créé: 14.05.2012, 16h35

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

14 Commentaires

Ruprecht Schnürckel

14.05.2012, 19:42 Heures
Signaler un abus 3 Recommandation 0

Tout le monde redoute, à travers l’Europe, de tuer ce qui reste de potentiel de croissance. Le ministre des Finances allemand le dit. Mario Monti, le président du Conseil italien, le dit. Il y a une disponibilité. Or, que veut François Hollande? Remettre la croissance au cœur du débat européen. Identifier les dépenses publiques «utiles». Ce type de renégociation est possible. Répondre


Ottmar Uerekrüppelssier

14.05.2012, 19:36 Heures
Signaler un abus 2 Recommandation 0

Cette renégociation n’occasionnera pas de crise majeure. C’est un faux problème. Les Allemands réagiront comme ils le font souvent: ils diront non, non, non… puis oui, car ils savent que la purge imposée à l’Europe fera plonger leurs exportations. Répondre



Sondage

Le rapprochement entre Cuba et les Etats-Unis est-il une bonne chose?