Jeudi 29 septembre 2016 | Dernière mise à jour 15:18

Turquie Mort du petit Aylan: les passeurs jugés

La justice turque a ouvert le procès de deux passeurs syriens poursuivis après le naufrage d'un bateau de réfugiés syriens qui avait provoqué la mort du petit garçon.

Galerie photo

Crise migratoire: le drame des réfugiés en Méditerranée (oct.2015-avr.2016)

Crise migratoire: le drame des réfugiés en Méditerranée (oct.2015-avr.2016) Les migrants et les réfugiés traversent la Méditerranée pour atteindre l'Italie ou la Grèce.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les deux hommes, Muwafaka Alabash et Asem Alfrhad, sont poursuivis après le naufrage en septembre d'un bateau de réfugiés ayant provoqué la mort du petit Aylan Kurdi. Son décès était devenu un symbole planétaire du drame des migrants.

Les deux hommes sont accusés de «trafic d'immigrants» et de «négligences délibérées ayant entraîné la mort de cinq d'entre eux, dont le petit Aylan, alors âgé de trois ans, a précisé l'agence de presse Dogan. Tous deux risquent une peine de trente-cinq ans d'emprisonnement.

Le père de la petite victime est poursuivi devant le même tribunal de Bodrum (sud-ouest) pour avoir «utilisé» le bateau qui a coulé, sans autre précision, selon Dogan. Abdullah Kurdi n'était pas présent à l'audience, a ajouté l'agence.

Le 2 septembre dernier, une embarcation surchargée de réfugiés syriens avait chaviré au large de la station balnéaire huppée turque de Bodrum alors qu'elle tentait de rallier l'île grecque de Kos. Douze d'entre eux avaient trouvé la mort, dont le petit Aylan, sa mère et son frère Galip.

Les images du corps sans vie du petit Aylan, retrouvé quelques heures plus tard gisant sur une plage, ont fait le tour du monde. Elles ont suscité une vague d'indignation planétaire qui a contraint l'Union européenne à entrouvrir ses portes aux migrants, pour la plupart des réfugiés venus de Syrie et d'Irak en guerre.

Aide européenne

Ankara et Bruxelles ont signé fin novembre un «plan d'action» qui prévoit une aide européenne de 3 milliards d'euros aux autorités turques en échange de leur engagement à mieux contrôler leurs frontières et à lutter contre les passeurs. Cet accord n'a pas réussi à enrayer de façon significative les départs de migrants vers la Grèce.

La Turquie accueille officiellement quelque 2,7 millions de Syriens et 300'000 Irakiens qui ont fui leur pays en guerre. Ce pays est devenu l'un des principaux points de départ des migrants qui veulent s'installer en Europe. Plus de 850'000 ont réussi à traverser la mer Egée en 2015 pour entrer en Grèce.

(afp/nxp)

(Créé: 11.02.2016, 14h51)

Sondage

Faut-il continuer à explorer l'univers?




Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.