ACCUEIL 27.5.2016 Mis à jour à 00h00

Neuf matons jugés pour avoir tabassé un détenu

Etats-Unis

Le procès révèle la violence endémique d'une prison de New-York.

Mis à jour le 24.03.2016
La prison de Rikers Island, le 20 juin 2014.

La prison de Rikers Island, le 20 juin 2014.
Image: Keystone

Articles en relation

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Le procès de neuf gardiens de prison accusés d'avoir tabassé un détenu et d'avoir ensuite camouflé l'affaire s'est ouvert mercredi avec le rappel des faits qui se sont produits une nuit de juillet 2012 dans la très dure prison de Rikers Island.

Le procès va certainement mettre en lumière la violence endémique qui sévit dans cette prison new-yorkaise, située sur l'île de Rikers Island, à quelques encablures de Manhattan.

Ce centre pénitentiaire est l'un des plus importants des Etats-Unis et les élus démocrates veulent le fermer, alors que le pays a été récemment secoué par plusieurs affaires de bavures policières et des demandes d'une réforme de la justice.

Jusqu'à 15 ans de prison

Le procès doit s'étaler sur plusieurs mois. Le jury devra déterminer la culpabilité ou l'innocence de six accusés. Trois autres accusés ont choisi d'être jugés par le seul juge Steven Barrett, qui suit cette affaire pour la Cour suprême du Bronx. Un dixième accusé sera jugé séparément.

Toutes les personnes jugées sont d'anciens ou actuels surveillants de prison. Ils sont poursuivis pour agression en bande organisée, pour avoir falsifié des rapports et pour faute professionnelle. Ils risquent jusqu'à 15 ans de prison.

Le procureur Pishoy Yacoub a expliqué de manière très crue dans ses déclarations initiales l'assaut brutal enduré par Jahmal Lightfoot le 11 juillet 2012 et les tentatives des agents pour camoufler les faits.

«Un détenu peut aussi être une victime»

La violence était alors «à un niveau jamais vu» à Rikers Island et le tabassage de Lightfoot devait servir d'exemple pour les autres détenus.

Jahmal Lightfoot, qui selon le New York Times a été remis en liberté conditionnelle en 2014, avait été condamné à une peine de quatre ans de prison maximum pour vol. «Mais un détenu peut aussi être une victime», a expliqué le procureur, interrompu par l'avocat de la défense qui a tenté à plusieurs reprises de faire objection.

Eliseo Perez, directeur adjoint de la sécurité à la prison, et le capitaine Gerald Vaughn ont ordonné que Lightfoot «mange ses dents», a raconté le procureur, employant volontairement les mots des accusés. Cinq agents ont suivi cet ordre, tabassant à coups de pied le détenu, lui piétinant la tête avec leurs talons jusqu'à lui fracturer les orbites et lui casser le nez.

Des agents l'ont tenu par les bras et les jambes pendant que d'autres lui donnaient des coups de pied dans la tête «comme dans un ballon de football», a poursuivi Pishoy Yacoub.

On ne voyait plus ses yeux

Une photo prise après l'assaut montrera au tribunal que le visage de Jahmal Lightfoot était si tuméfié qu'on ne voyait plus ses yeux, a encore souligné le procureur.

Les agents devaient rapporter tout incident dans le quart d'heure, mais en l'occurrence ils ont attendu deux heures et ont menti, prétendant que le détenu avait attaqué l'un d'entre eux avec un objet pointu.

Eliseo Perez et Gerald Vaughn sont depuis partis à la retraite. Les autres accusés, un temps suspendus, ont repris le travail mais ont vu leurs tâches aménagées, selon le New York Times.

(afp/nxp)

Créé: 24.03.2016, 01h17

0

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Publicité
Aucun commentaire pour le moment

Sondage

Les salaires à plus d'un million des grands patrons sont-ils justifiés?




Sondage

Irez-vous voir les films primés au dernier Festival de Cannes?




Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons