Jeudi 25 août 2016 | Dernière mise à jour 11:39

Syrie «Omar le Tchétchène» cliniquement mort

L'un des chefs militaires du groupe Etat islamique (EI), victime d'un raid aérien américain le 4 mars dernier, serait très mal en point.

Omar le Tchéchène.

Omar le Tchéchène. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), qui dispose d'un large réseau de sources en Syrie, affirme qu'Omar le Tchéchène «ne respire depuis quelques jours qu'à l'aide d'appareils» dans un hôpital dans l'est de la province de Raqa, bastion de l'EI dans le nord de la Syrie. Le 8 mars, le directeur de l'Observatoire, Rami Abdel Rahmane, avait précisé que le combattant, «grièvement blessé», avait été transporté de la province de Hassaké (nord-est) à un hôpital de la province de Raqa «pour y recevoir les soins d'un médecin djihadiste d'origine européenne».

Connu pour son épaisse barbe rousse, le combattant qui se nomme en réalité Tarkhan Tayumurazovich Batirashvili est un Tchétchène de Géorgie. Ce «chef de guerre expérimenté» a occupé «plusieurs responsabilités à la tête de l'organisation militaire de l'EI, dont le ministère de la guerre», avait précisé il y a quelques jours une source américaine. L'administration américaine offrait 5 millions de dollars pour des informations fiables pouvant mener jusqu'à lui. (ats/nxp)

(Créé: 13.03.2016, 16h17)

Sondage

Devoir passer devant un psy pour les tireurs et les chasseurs, est-ce nécessaire?




Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.