ACCUEIL 23.11.2014 Mis à jour à 00h06

Perquisitions au domicile et au bureau de Sarkozy

Affaire Bettencourt

Le bureau de la rue de Miromesnil mis à la disposition de Nicolas Sarkozy et son domicile du XVIe arrondissement de Paris ont été perquisitionnés mardi matin par un juge chargé de l'affaire Bettencourt.

Mis à jour le 03.07.2012 2 Commentaires
Perquisition au domicile et au bureau de l'ancien président français.

Perquisition au domicile et au bureau de l'ancien président français.
Image: AFP

Articles en relation

Partager & Commenter

Une dizaine de policiers de la brigade financière accompagnaient le juge d'instruction bordelais Jean-Michel Gentil, a précisé une de ces sources, proche de l'enquête. Le juge s'intéresse à un éventuel financement politique illicite de la campagne présidentielle de 2007 de Nicolas Sarkozy.

Ces opérations ont été menées en l'absence de Nicolas Sarkozy, «parti (lundi) en famille au Canada», a indiqué son avocat, Me Thierry Herzog, dans un communiqué, selon qui ces perquisitions «se révèleront être (...) des actes inutiles».

Lemonde.fr, qui a révélé ces perquisitions avec France Inter, a également évoqué une perquisition au cabinet d'avocats dont Nicolas Sarkozy était un associé, ce qui n'a pas été confirmé par les sources interrogées.

«En l'absence de Nicolas Sarkozy, parti hier en famille au Canada, comme cela était annoncé de longue date», le juge Gentil «a perquisitionné ce jour son domicile et les locaux mis à sa disposition par la République», a expliqué Me Herzog.

«Des actes inutiles»

«Ces perquisitions, alors qu'avaient été envoyés à ce magistrat, depuis 15 jours, tous les éléments nécessaires, se révèleront être, ce qu'on peut en attendre, des actes inutiles», selon l'avocat, qui explique avoir envoyé le 15 juin «les extraits certifiés conformes de l'agenda de Nicolas Sarkozy pour l'année 2007».

Ces documents démontrent selon lui «l'impossibilité absolue de prétendus +rendez-vous secrets+ avec Liliane Bettencourt», selon Me Herzog.

L'avocat précise avoir, dans ce courrier, informé le juge Gentil «que la totalité des déplacements et des lieux, où s'était rendu Nicolas Sarkozy durant l'année 2007, l'avait été sous le contrôle des fonctionnaires de police chargés d'assurer sa sécurité».

Il explique avoir de nouveau écrit au magistrat ce mardi pour lui donner l'identité de ces policiers, «afin qu'ils puissent certifier qu'il n'y a eu qu'un seul rendez-vous le 24 février 2007, à son domicile, avec André Bettencourt», époux défunt de Liliane Bettencourt. (afp/Newsnet)

Créé: 03.07.2012, 17h27

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

2 Commentaires

Jean-François Chappuis

04.07.2012, 02:27 Heures
Signaler un abus 13 Recommandation 0

Les méthodes utilisées par la Brigade Financière est loin d'être courageuse, en perquisitionnant chez l'ancien Président de la République, alors que celui-ci est absent! Cela sent à plein nez le retour de manivelle du nouveau gouvernement qui croit laver plus blanc en accablant Sarkozy de tous les maux dans une affaire de financement de sa campagne électorale, alors qu'ils pratiquent tous de même! Répondre



Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons
Super héros, Louis Vuitton, fleuri, à poids... Les meilleurs du web!