ACCUEIL 29.6.2016 Mis à jour à 03h07

Plainte de la Bolivie contre le Chili au sujet du Silala

Justice internationale

Le président Morales va saisir la CIJ à propos de l'exploitation de ce fleuve transfrontalier.

Mis à jour le 27.03.2016 1 Commentaire
Evo Morales à un élevage de truite près du fleuve Silala, disputé avec le Chili, en 2013.

Evo Morales à un élevage de truite près du fleuve Silala, disputé avec le Chili, en 2013.
Image: AFP

Articles en relation

Mots-clés

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

La Bolivie veut poursuivre le Chili, qui entend bien lui répondre sur le terrain judiciaire, devant la Cour internationale de justice (CIJ) de La Haye pour son exploitation du fleuve transfrontalier Silala, a annoncé samedi le président bolivien Evo Morales.

«Nous avons décidé, en tant que pays pacifiste, que nous allions faire appel à La Haye (Pays-Bas) pour que le Chili respecte notre eau à Silala, dans le département de Potosi» dans les Andes boliviennes, a expliqué Evo Morales lors d'une déclaration publique.

Le président bolivien, qui n'a pas avancé de calendrier, a indiqué que les procédures à suivre allaient être étudiées.

Pas de compensation financière

La Bolivie assure que les sources du fleuve Silala se trouvent toutes dans la région de Potosi (sud-ouest de la Bolivie) et alimentent des régions du nord du Chili, sans compensations financières.

«Si la présidente (chilienne Michelle Bachelet) et d'autres responsables ne connaissent pas le Silala, je les invite à venir la semaine prochaine, je les attendrai sur le Silala pour leur démontrer que ce n'est pas un fleuve international», a déclaré Evo Morales.

Réagissant à ces déclarations, le ministre chilien des Affaires étrangères Heraldo Muñoz a répondu que Santiago engagerait également des poursuites «si une action en justice relative à l'utilisation des eaux du fleuve Silala se concrétise» côté bolivien.

Déjà une plainte en 2013 sur le Pacifique

«Nous défendrons nos intérêts par tous les moyens», a-t-il ajouté, «le Chili ne cèdera pas de territoires». En avril 2013, la Bolivie avait déjà déposé une plainte devant la CIJ, plus haut organe judiciaire des Nations unies, pour obtenir un accès à l'océan Pacifique perdu à l'issue d'une guerre contre le Chili au XIXe siècle.

La Bolivie, pays andin et amazonien, l'un des plus pauvres d'Amérique du Sud, est enclavée depuis plus de 130 ans. Elle avait été amputée de 120'000 km2 de son territoire, dont une bande de 400 km de littoral, à l'issue de la Guerre du Pacifique (1879-1883) perdue, avec le Pérou, contre le Chili.

Les relations entre les deux pays sont suspendues depuis 1978 en raison du différend frontalier sur l'accès à la mer. (afp/nxp)

Créé: 27.03.2016, 03h37

1

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Publicité

1 Commentaire

Georges Boulet

27.03.2016, 06:48 Heures

Comme d'habitude, chaque fois qu'un truc va mal en Bolivie, c'est la faute du Chili. Morales devrait changer de disque. Le Chili n'est pas près de rendre son accès à la mer à la Bolivie. En tout cas pas sans une contrepartie conséquente. Répondre



Sondage

Faire ses courses sans supermarché, cela vous tente?




Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne