ACCUEIL 28.7.2016 Mis à jour à 09h55

Podemos prêt à négocier avec les socialistes

Espagne

Le parti socialiste (PSOE) a jusqu'à mars pour trouver une solution et obtenir un vote d'investiture de la chambre des représentants.

Mis à jour le 18.02.2016 2 Commentaires
Le leader de Podemos, Pablo Iglesias.

Le leader de Podemos, Pablo Iglesias.
Image: ARCHIVES/Keystone

Articles en relation

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Le parti de gauche radicale espagnol Podemos a levé jeudi ses conditions pour négocier avec le Parti socialiste (PSOE) la formation d'un gouvernement de coalition des formations de gauche.

Le PSOE a jusqu'à mars pour trouver une solution et obtenir un vote d'investiture de la chambre des représentants.

Jusque-là, Pablo Iglesias, le chef de Podemos, exigeait que les socialistes se prononcent ouvertement contre une alliance avec le parti libéral Ciudadanos. Il demandait une rencontre en tête-à-tête avec le chef des socialistes Pedro Sanchez, plutôt que des discussions entre équipes de négociateurs.

Le chef du petit parti écolo-communiste Izquierda Unida (IU), Alberto Garzon, a proposé «que les équipes de négociation du futur gouvernement de progrès de ce pays, les équipes de négociation de Podemos, de Izquierda Unida, de Compromis (parti régionaliste de Valence) et du PSOE se réunissent», a expliqué Pablo Iglesias lors d'une conférence de presse.

Le roi d'Espagne a chargé le 2 février le chef du Parti socialiste M. Sanchez de tenter de former un gouvernement, ce qu'il ne pourra pas faire sans le soutien d'autres formations, car son parti n'a que 89 députés sur 350.

Gouvernement minoritaire?

Pablo Iglesias s'était empressé de lui proposer de former un gouvernement de coalition, dont il serait le vice-président. Mardi, Pablo Iglesias a présenté un programme détaillé d'une centaine de pages dont il ne prétendait discuter qu'avec Pedro Sanchez. Mais aucune négociation n'a encore eu lieu.

Le PSOE est très réticent à l'idée de s'allier avec un parti qui vise ouvertement à le supplanter et a mené des négociations avec Ciudadanos, Izquierda Unida et même Compromis, l'une des formations qui s'étaient présentées aux élections sur la même liste que Podemos.

Pablo Iglesias a estimé que le risque de voir le PSOE s'allier avec Ciudadanos n'existait plus, le parti libéral ayant exclu mercredi d'entrer au gouvernement. «Au maximum ils s'abstiendront» en faveur du PSOE, a souligné Pablo Iglesias. Le chef de Podemos n'a cependant pas ouvertement abandonné d'autres exigences, notamment la tenue d'un référendum d'autodétermination en Catalogne, inacceptable pour le PSOE.

Pedro Sanchez doit tenter début mars d'obtenir un vote d'investiture de la chambre des représentants, un exercice difficile car aucune des coalitions envisagées à ce jour ne disposerait de la majorité absolue. Il devrait s'assurer de suffisamment d'abstentions pour qu'un gouvernement minoritaire reçoive l'aval de la chambre.

Vers de nouvelles élections

Le chef du gouvernement espagnol sortant Mariano Rajoy a, par ailleurs, déclaré jeudi soir à Bruxelles que de nouvelles élections étaient «probables». Elles pourraient avoir lieu le 26 juin.

Mariano Rajoy a fait cette déclaration alors qu'il discutait en aparté avec son homologue britannique David Cameron un peu avant l'ouverture d'un sommet européen. Il ne se doutait apparemment pas que la conversation était diffusée sur les canaux vidéo pour la presse. (ats/nxp)

Créé: 18.02.2016, 22h16

2

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Publicité

2 Commentaires

Michel POUSAZ

19.02.2016, 10:28 Heures

Par son refus de toute austérité imposée par le diktat de Bruxelles, Podemos ne peut qu'être le brillant avenir de l'Espagne! Michel Pousaz, Ollon VD Répondre



Sondage

Trouvez-vous le concours de Miss Suisse désuet?



Sondage

La population suisse s'arme toujours plus. Vous sentez-vous en sécurité?




Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons